En poules pondeues, la surveillance des poux rouges est essentielle

Un piège à acariens constitué d'un tube en PVC dans lequel est enroulé un morceau de carton ondulé. Le pou rouge utilise volontiers ces pièges comme abri pendant la journée.
Un piège à acariens constitué d'un tube en PVC dans lequel est enroulé un morceau de carton ondulé. Le pou rouge utilise volontiers ces pièges comme abri pendant la journée. - Pluimveeloket

M iteprevent est un projet de démonstration, financé par le Fonds européen agricole pour le développement rural, qui a débuté en mai 2020 et qui se poursuit jusqu’à fin avril 2022. Les partenaires Proefbedrijf Pluimveehouderij, Dierengezondheidszorg Vlaanderen (DGZ) et Pluimveeloket étudient l’importance d’un suivi intensif de l’évolution du nombre desdits acariens dans un poulailler.

Les poux suceurs de sang constituent depuis quelques années un problème croissant dans les élevages de poules pondeuses. Une infection par ce parasite entraîne des pertes de sang, des démangeaisons et un stress chez les ovipares, avec pour conséquence un effet négatif sur les résultats de production. Si la plupart des aviculteurs flamands sont conscients de ce problème, ce dernier n’est que trop rarement abordé. Les acariens et les dégâts n’apparaissent que lorsque leur nombre est si élevé qu’un traitement complet de la structure reste la seule option. Si l’aviculteur peut être averti à temps de l’imminence d’une épidémie, il peut prendre des mesures plus rapides et plus ciblées. Cela permet d’économiser une quantité énorme de coûts et d’efforts.

Agir rapidement

Pour avoir une bonne idée de la population desdits acariens dans l’exploitation, le contrôle doit être continu ! En plaçant des pièges aux bons endroits, il est possible de cartographier l’évolution de leur population. L’objectif du projet ? Réaliser ce suivi en pratique dans dix poulaillers de poules pondeuses flamands. Pour ce faire, on place des pièges à acariens qui consistent en des tubes en PVC dans lesquels on enroule un morceau de carton ondulé (voir photo). Pour les poux rouges, cela constitue une cachette idéale, qu’ils utilisent avidement. Les pièges sont accrochés dans le poulailler toutes les 5 semaines pour une période d’une semaine. Ensuite, on compte le nombre de parasites pris au piège. De cette façon, la pression des poux peut être surveillée.

Un problème multifactoriel

La taille de la population dépend de divers facteurs. Il existe une grande variation dans les systèmes de poulaillers et les matériaux utilisés. La première exploitation du projet (exploitation 1 dans Figure 1) a une structure difficile à nettoyer et des endroits mal ventilés, ce qui signifie que l’humidité et la température pouvaient y être élevées. Un nombre élevé d’acariens était présent dès le début et ladite exploitation avait le taux d’infestation le plus élevé de toutes les participantes. L’utilisation permanente d’un additif pour eau potable s’est avérée moins efficace à cette haute pression continue. Le nombre de poux a pu être réduit grâce à un traitement intensif à la silice, qui a débuté au moment de la mesure, à l’âge de 34 semaines (voir figure 1). Cela a entraîné une diminution de la courbe des poux entre les semaines 39 à 44. Des températures extérieures plus élevées ont fait remonter la courbe, mais un taux d’infection élevé n’a pas été atteint en répétant localement le traitement à la silice.

Sorry, the PDF couldn't be displayed

Endroits critiques dans le bâtiment

En outre, l’infection dans un bâtiment d’élevage se propage rarement de manière homogène. La population s’établit dans un endroit où un abri est disponible et de préférence aussi près que possible de l’endroit où les poules passent la nuit. Les endroits critiques du poulailler sont généralement connus de l’aviculteur. Il est donc important, lors du contrôle, de placer suffisamment de pièges à ces endroits, afin d’obtenir une image correcte de la présence des poux. La structure contrôlée de l’entreprise 2 (figure 1) a été construite récemment, et avant le début du contrôle, aucun pou de sang n’a été détecté. En outre, des perchoirs sont testés pour tuer les acariens par contact direct. Néanmoins, les résultats du contrôle à la semaine 34 ont montré la présence de poux, qui a augmenté de manière exponentielle lors de la mesure suivante, à la semaine 39. Les pièges infectés étaient fixés dans un compartiment où les poules ne se perchaient pas correctement la nuit, de sorte que le système de répulsion des perchoirs n’avait aucun effet.

En cas d'infestations importantes, le comptage manuel des pièges n'est pas une option. Dans ce cas, les acariens sont transférés dans une boîte de Pétri qui est analysée par l'ordinateur .
En cas d'infestations importantes, le comptage manuel des pièges n'est pas une option. Dans ce cas, les acariens sont transférés dans une boîte de Pétri qui est analysée par l'ordinateur . - Pluimveeloket

Combiner les méthodes de contrôle

Comme aucune autre méthode de contrôle n’a été appliquée dans l’exploitation 2 en dehors du répulsif pour perchoir, la population d’acariens pourrait encore augmenter de façon exponentielle de façon très localisée.

Après la semaine 39, il a été décidé d’appliquer une méthode de contrôle supplémentaire, sous la forme d’une médication de l’eau de boisson. Cela a conduit à une réduction complète des acariens dans les 2 mesures suivantes. Toutefois, le problème n’était qu’en sommeil, car à la semaine 54, une nouvelle poussée du nombre de poux a été observée dans le poulailler.

Cela a conduit à un deuxième pic à la semaine 59, qui pourrait être réduit par un traitement à la silice de tout le bâtiment.

L’attention portée à la biosécurité et au traitement précoce porte ses fruits

Un poulailler de poules pondeuses sans Pour rouge ? Impossible ! C’est avec le respect strict d’un certain nombre de mesures de biosécurité et une réponse rapide aux contrôles que la population desdits acariens peut être maintenue sous contrôle. C’est ce que démontrent les résultats de l’exploitation 3. Ce poulailler est bien ventilé, facile à nettoyer et l’aviculteur accorde l’attention nécessaire à la biosécurité dans l’exploitation. Enfin, à la moindre augmentation du nombre de parasites, un traitement local à la silice est immédiatement mis en place et répété 4 à 5 fois par cycle. Grâce à l’intervention précoce dans ce poulailler, les acariens n’ont jamais la possibilité de s’y propager en grand nombre. La phase exponentielle de la croissance démographique est ainsi évitée, ce qui facilite grandement la gestion du parasite. La figure 1 montre clairement que cette approche est payante : l’exploitation 3 est la seule à ne pas connaître d’augmentation du nombre d’acariens suceurs de sang.

Assurer un bon suivi

Comme le montrent les résultats pratiques ici, la pression des poux n’est pas déterminée par un seul facteur de risque, mais constitue un problème multifactoriel. Un système de logement peut présenter plus d’interstices et de fissures qu’un autre ou un matériau peut être plus facile à nettoyer qu’un autre. Le climat du bâtiment d’élevage peut également jouer un rôle. Une ventilation mal contrôlée, par exemple, peut entraîner une augmentation de l’humidité et de la température, ce qui est exactement le type d’environnement qu’apprécie le pour rouge. On remarque également que ces parasites ne se répandent pas de manière homogène dans la maison. Il est donc crucial d’effectuer le contrôle aux bons endroits du poulailler, afin d’obtenir une image correcte de la pression des poux dans l’élevage de poules pondeuses. Grâce à cette détection précoce, l’aviculteur peut, si nécessaire, commencer le traitement à temps.

D’après Neil Van den Broeck

Proefbedrijf Pluimveehouderij

Tamara Vandersmissen

DGZ

Karolien Langendries

Pluimveeloket