La Panther 2S gagne en efficacité et connectivité

La Panther 2S est dotée d’une trémie de 30 m³ ne nécessitant que 50 secondes pour être déchargée.
La Panther 2S est dotée d’une trémie de 30 m³ ne nécessitant que 50 secondes pour être déchargée.

Selon Ropa, la nouvelle arracheuse automotrice Panther 2S bénéficie de bien plus qu’un simple restylage. En effet, elle fait son entrée dans l’ère de la digitalisation et de l’Agriculture 4.0.

Sous le capot

Mais regardons en premier lieu sous le capot. L’engin reçoit, comme la Tiger 6S, un moteur 6 cylindres Volvo-Penta de 796 ch. Avec 16,12 l de cylindrée, un système d’injection à rampe commune et un catalyseur SCR, ce moteur développe un couple de 3.650 Nm à 1.000 tour/min tout en étant conforme à la norme antipollution Stage V. Selon le constructeur, le chauffeur bénéficierait ainsi d’une grande souplesse de fonctionnement dès les plus bas régimes, ce qui permettrait des économies de carburant.

La Panther 2S ne fait pas l’impasse sur le châssis à correction de dévers R-Balance. Celui-ci permet de corriger des pentes de plus de 7 % et garantirait ainsi une répartition optimale des charges entre les roues d’un même essieu. « Cette caractéristique, en plus de garantir la stabilité de la machine sur des parcelles accidentées, préserve les sols d’éventuels pics de charge », ajoute le constructeur.

Gestion automatique

La nouvelle arracheuse reprend aussi à son compte les dispositifs d’aide à la conduite déjà disponible sur la Tiger 6S. Ainsi, le R-Trim permet le réglage automatique de la hauteur d’effeuillage tandis que le R-Contour assure le réglage automatique rang par rang de la profondeur d’arrachage du bâti.

Les deux systèmes adaptent en continu leur position aux variations de profondeur des betteraves dans la parcelle. Les capteurs de position, placés sur chacun des six scalpeurs, sont associés à d’autres capteurs mesurant, eux, le niveau du sol à côté des racines. Un nouveau calculateur, installé sur le bâti arracheur, analyse les valeurs mesurées en une fraction de seconde et, à l’aide du nouveau logiciel, modifie la hauteur de l’effeuilleuse ou la profondeur d’arrachage de chaque rang.

La combinaison des deux solutions facilite le travail du chauffeur et réduirait l’usure et la consommation de la machine. « Le R-Trim et le R-Contour, en optimisant l’effeuillage et tout en réduisant la casse des racines et la tare-terre, apportent également plus de rendement au planteur », estime Ropa.

En cabine, deux nouveaux écrans couleurs et tactiles de 12,1 pouces font leur apparition.  Ils sont reliés, de série, à de nouvelles caméras digitales.
En cabine, deux nouveaux écrans couleurs et tactiles de 12,1 pouces font leur apparition. Ils sont reliés, de série, à de nouvelles caméras digitales.

Le constructeur dote encore son arracheuse d’un système de nettoyage plus performant. La première turbine de nettoyage, de 1.740 mm de diamètre, précède deux autres modules de 1.550 mm de diamètre et une chaîne circulaire de 1.000 mm de large. Cette dernière assure le transfert des racines vers la trémie de 30 m³. L’élévateur de vidange de 1.600 mm de large, placé à l’avant de la trémie, assure la visibilité du chauffeur sur le processus de déchargement.

MyRopa et R-Connect de série

Le circuit électronique de l’intégrale a été repensé à l’aide de composants de dernière génération en vue de procurer davantage de fluidité, connectivité et sécurité dans le transfert des données. Visuellement, cette nouvelle architecture diminue drastiquement le nombre d’éléments électroniques et de faisceaux. En cabine, l’engin bénéficie de deux nouveaux écrans couleurs et tactiles de 12,1 pouces au contenu entièrement personnalisable. Ces derniers sont désormais reliés, de série, à de nouvelles caméras digitales. Les images perçues par le chauffeur gagnent ainsi en qualité et fluidité.

L’intégration dès l’usine de la solution de télématique R-Connect est à la base du Service 4.0, en particulier pour l’analyse prédictive et le diagnostic de pannes à distance. L’accès au terminal de la machine permet, par exemple, à un technicien, de conseiller le chauffeur dans ses réglages ou de solutionner certains problèmes.

Les données collectées par le R-Connect sont, elles, exploitables depuis le portail myRopa. Celui-ci autorise aussi l’échange des plannings des chantiers, entre le chauffeur et le manager, pour optimiser le travail d’une flotte de machines.