Accueil Volailles

Les mesures à adopter pour éviter le picage et le cannibalisme chez les poules pondeuses (partie 2)

Dans notre édition du 17/02, nous avions abordé la thématique du picage et du cannibalisme en élevage de poules pondeuses. Dans une première présentation, Christiane Keppler, conseillère avicole en Allemagne, nous avait évoqué les raisons qui peuvent pousser certaines volailles à s’adonner au picage et au cannibalisme envers leurs congénères. Dans un second volet, elle nous explique quelles sont les mesures à adopter pour se défaire de tels comportements dans son élevage.

Temps de lecture : 8 min

Comme Christiane Keppler, docteure en biologie, le rappelle, les facteurs de risque du picage et du cannibalisme en élevage de poules pondeuses sont nombreux. Si les différences d’origines chez les poules (blanches contre brunes) peuvent jouer un rôle, les différentes phases d’élevages des volailles peuvent également présenter des facteurs de risque, tout comme l’alimentation. « Toutefois, un seul facteur peut déclencher le phénomène, comme un déficit nutritionnel », note-t-elle.

« En élevage il est très important de prendre conscience de la densité de peuplement et ce dès le plus jeune âge des animaux, de sorte de pouvoir les gérer ainsi que leur santé. Ladite densité comporte aussi des risques, notamment au cours des phases sensibles, comme le transfert des poulettes dans un nouveau bâtiment. Même si le bâtiment est propre, il faut pouvoir gérer toute pression infectieuse. » Il est donc judicieux de s’interroger. Les conditions leur sont-elles bonnes ? Peuvent-elles rapidement s’adapter à leurs nouvelles conditions ? Perdent-elles du poids ? La luminosité est-elle adaptée ? Pour l’oratrice, l’éclairage doit être orienté de façon à ce que les poules ayant un poids adéquat puissent entrer en phase de ponte.

L’importance des matériaux manipulables

Pour la biologiste, l’élevage et la ponte doivent faire l’objet d’une surveillance toute particulière. La pose de matériaux manipulables dès les premières semaines d’élevage est primordiale. La mise à disposition de fourrages, de paille, de luzerne, des récipients avec du sable, des briquettes, du grit, que les animaux peuvent absorber, est nécessaire tant pour les occuper que pour leur permettre de s’alimenter de façon correcte. Rappelons que les volailles passent 70 % de leur journée à gratter, picorer… La pose de blocs à picorer est donc vivement conseillée.

Les bains de poussière doivent pouvoir se faire dès la première semaine de vie. Il est très important de leur mettre à disposition des matériaux adaptés au métabolisme des volailles. Celles-ci cherchent entre autres du sable et les gastrolithes, qui favorisent la digestion au niveau du gésier.

Si les poules pondeuses doivent avoir un accès facile à l’eau et à la nourriture, elles doivent avoir la possibilité de fuir leurs congénères (par le biais de perchoirs, e. a.), notamment pour s’en protéger. Les perchoirs surélevés sont aussi nécessaires pour l’apprentissage de la coordination du vol intervient entre la 2e et la 8e semaine de vie. Notons aussi l’importance des espaces pour se reposer la journée. « Cela fait partie de l’apprentissage. Les poussins doivent aussi apprendre que l’eau et la nourriture sont toujours disponibles en hauteur dans le poulailler. »

Il est important de retrouver des briques de fourrages grossiers et d’autres matériaux à picorer. Les poules doivent pouvoir s’occuper tout en s’alimentant de façon correcte.
Il est important de retrouver des briques de fourrages grossiers et d’autres matériaux à picorer. Les poules doivent pouvoir s’occuper tout en s’alimentant de façon correcte.

Les hybrides à haute performance

Et de se poser la question des animaux auxquels on a affaire. « Généralement, nous sommes en présence d’hybrides à haute performance qui pondent plus de 300 œufs par an en moyenne. Cela signifie qu’une poule qui vient de pondre son 1er œuf peut en pondre entre 150 et 250 d’affilée. C’est presqu’un œuf par jour. Une telle production peut mener à des « maladies du travail » comme l’ostéoporose ainsi qu’une inflammation de l’oviducte.

En ce qui concerne la ponte et le besoin d’aliments, le ratio est de 2 : 1 c’est-à-dire que pour produire un œuf de 60g la poule doit consommer 120 g d’aliments. Ce qui représente 20 kg d’œufs sur 365 jours, soit 10x le poids d’une poule. L’objectif de production par individu étant de 500 œufs produits jusqu’à 100 semaines de vie (dont 80 de ponte), c’est plus de 30kg d’œufs en 561 jours, soit 15 x le poids d’une volaille.

La question dès lors qui se pose : quelle est la part de l’aliment qui reste pour les besoins d’entretien de l’animal ? Chez les hybrides, c’est une question importante pour éviter que la poule ne cherche d’autres sources d’alimentation.

Qu’ingère une poule ?

Et de considérer ce que la poule ingère. « La composition de l’aliment doit faire l’objet d’un contrôle permanent, la qualité doit être optimale. L’alimentation doit être structurée de sorte que les animaux ne sélectionnent pas leurs aliments. L’objectif ? Que les matières minérales soient réellement absorbées par l’animal. Et la quantité totale ingérée doit être la bonne. Si l’animal doit absorber 130g et qu’il n’en consomme effectivement que 120g, un déficit alimentaire s’ensuit. »

Et pour s’assurer de la bonne santé des volailles, elle considère les output, soit ce que la poule produit : les œufs et les déjections. Pour les premiers, elle considère leur poids et leur nombre. Le poids doit être en corrélation directe avec la quantité de nourriture ingérée. Pour le second, elles observent ses caractéristiques. « Si les animaux ont un problème comme une infection du tube digestif, ils ne peuvent pas métaboliser les aliments qu’ils absorbent.

À noter que la qualité de l’eau et des sels minéraux est déterminante pour la qualité de l’aliment. Si les poules ne boivent pas suffisamment à cause d’un problème de qualité, cela s’en ressentira directement sur la production.

Les bains de poussière sont importants, et ce dès le plus jeune âge!
Les bains de poussière sont importants, et ce dès le plus jeune âge!

Favoriser l’ingestion et la bonne digestion

Lorsque l’on ouvre le gésier d’un animal sain, on retrouve généralement des gastrolithes. L’important ? Qu’ils ne soient pas solubles à l’acide afin qu’ils puissent assumer leur fonction de digestion. Les animaux doivent apprendre à les manger. Quand ce n’est pas le cas, leur système digestif ne se développe pas de manière optimale. C’est toujours difficile d’éduquer les poules à consommer des gastrolithes avec leur nourriture. Il faut les inciter à commencer dès leur plus jeune âge.

Et de prendre pour exemple la courbe de croissance d’une Lohman brown classique. « Lors du changement de bâtiment de celui des poulettes à celui de la ponte (18e semaine), et lors du début de la ponte à la 20e semaine, la poule est toujours en phase de croissance… Si elle vient à être stressée car elle a des difficultés de s’adapter au nouveau poulailler, cela peut influer sur sa croissance, ralentir la prise de poids. Lorsqu’elle doit croître et pondre, la condition physique de la pondeuse est particulièrement déterminante. »

« Et même à partir du pic de ponte, les animaux doivent consommer le maximum d’aliments pour pouvoir continuer à croître et atteindre la maturité physique. Il est important de surveiller le poids des poules pendant six semaines et surtout éviter tout déficit alimentaire ou nutritionnel. Ce sont des moments critiques pour le développement du picage et du cannibalisme », précise Mme Keppler.

La litière doit être sèche et de bonne qualité. Elle doit favoriser  le grattage et le picorage.
La litière doit être sèche et de bonne qualité. Elle doit favoriser le grattage et le picorage.

Garder à l’esprit les valeurs de référence pour la race

Il est donc particulièrement important de pratiquer la pesée des animaux jusqu’au moment du pic de ponte et ce n’est qu’à travers des mesures régulières du poids que l’on peut se rendre compte de l’évolution de leur croissance. Un minimum de 50 animaux doit être pesé au moins 1 fois par semaine entre la mise en place du lot dans le bâtiment et le pic de ponte. La moyenne doit au moins correspondre aux données du sélectionneur.

La période critique : le transfert d’un poulailler à un autre. Et Lorsque les animaux n’ont pas fait l’expérience du parcours extérieur ou d’un bon comportement alimentaire, cela peut s’avérer très néfaste !

Pour la scientifique, il faut toujours garder à proximité les valeurs de référence indiquées par le sélectionneur pour la race en question. En effet, pour être capable d’entrer en phase de ponte, elles doivent avoir un certain poids… et ce poids de référence peut varier au maximum de plus ou moins 10 % et il faut surtout que plus de 80 % du cheptel atteigne ce taux d’uniformité… c’est-à-dire qu’il ne faut pas d’animaux qui pèsent moins de 10 % ou plus de 10 % du poids de référence. Les candidats à problèmes sont tous les animaux qui sortent de cette moyenne.

Par ailleurs, il faut surveiller la valeur moyenne et s’interroger si elle s’approche ou non des valeurs de référence. Lorsqu’on regarde combien on a de poules qui sont en-dessous des 10 % de la valeur de référence, et si la moyenne des pesées de toutes les poules est inférieure à la valeur de référence, c’est déjà un véritable problème et cela impose des mesures pour améliorer l’alimentation.

Les gastrolithes sont comme des dents pour les poules. Il faut donc leur apprendre à en manger dès leur plus jeune âge.
Les gastrolithes sont comme des dents pour les poules. Il faut donc leur apprendre à en manger dès leur plus jeune âge.

Une attention particulière à la qualité de la litière

Pour Christiane Keppler, la qualité de la litière est primordiale. « Il faut savoir qu’elle représente le matériau principal d’occupation des poules qui passent les 2/3 de leurs journées à gratter, picorer… La litière doit être sèche, légère, avoir une bonne structure avec une épaisseur de maximum 5cm.

La présence de plumes dans la litière est un bon signe. Les plumes des mues successives ne doivent pas être ingurgitées.

Par ailleurs, il faut veiller à avoir assez de fourrage grossier, de gastrolithes et de sable dans la litière. Les litières humides, avec des plaques ou des mottes, sont à éviter. On peut, par exemple proposer des filets ou des corbeilles à aliments, des briquettes de luzerne… Il existe différentes compositions de briques à picorer qui ont des vertus alimentaires.

En outre, il faut prévoir des poudres minérales pour des bains de poussière. Ces poudres agissent aussi contre les acariens. On peut parfois mélanger la poudre minérale avec du sable. Si cela dépend des animaux et du cheptel, les bains de poussière sont une occupation à ne pas négliger.

Propos recueillis par P-Y L.

Photos issues de la présentation de Christiane Keppler

A lire aussi en Volailles

Découverte d’indicateurs de résilience héritables en poules pondeuses

Volailles Dans un contexte de changement climatique et de diversification des modes d’élevage, les animaux seront davantage exposés à des perturbations de leur environnement. Afin d’identifier des indicateurs de la résilience des animaux à de telles perturbations, les données de ponte de plus de 60.000 poules pondeuses ont analysé. Trois indicateurs de résilience facilement mesurables et en partie déterminés par des facteurs génétiques en ont été déduits.
Voir plus d'articles