Du matériel pour optimiser et faciliter le travail !

Étape incontournable lors d’une visite à la Foire de Libramont, ce grand spectacle qu’est le Mecanic’Show a, une fois encore, attiré la grande foule. Durant quatre jours, le matériel sélectionné par la Commission « Machines et Produits » a défilé sous ses plus beaux atours.

Chargeurs télescopiques

Dans cette catégorie, deux matériels présentés par le même constructeur ont été sélectionnés et primés.

Fonction Eco Stop, présentée par Manitou Benelux

Dans un souci de respect de l’environnement mais aussi pour des avantages économiques, le constructeur d’engins de manutention Manitou équipe désormais sa gamme MLT de la fonction Eco Stop. Celle-ci permet d’arrêter automatiquement le moteur lorsque ce dernier est au ralenti et sans conducteur en cabine.

Selon le constructeur, le temps où le moteur est au ralenti et sans chauffeur est estimé entre 15 % et 30 %. L’objectif est de réduire la consommation de carburant et le nombre d’heures du moteur. Au niveau des économies, Manitou annonce une réduction des coûts en carburant de +/- 32 %, une diminution des coûts de maintenance de 13 % et une réduction de la dépréciation de la machine de +/- 37 %.

Pour que le système s’active, il faut que les huit conditions suivantes soient réunies : moteur en marche, régime moteur inférieur à 1.000 tr/min, pas de chauffeur dans la cabine, pas d’utilisation des distributeurs d’huile, système de régénération du moteur à l’arrêt, frein de parking enclenché, température du moteur supérieure à 40ºC et aucune erreur détectée sur la température du moteur.

Dans la pratique, c’est-à-dire dans la majorité des cas, il faudra que le moteur soit au ralenti avec le frein à main et sans chauffeur pour que l’Eco Stop s’enclenche. Il est tout à fait possible d’activer ou de désactiver le système via un bouton en cabine. Cet interrupteur connecte le capteur de présence situé sous le siège.

En mode Eco Stop, plusieurs réglages sont possibles. Avant que le moteur s’arrête, la durée où le moteur est au ralenti peut se régler entre 1 et 30 minutes. En fonction des travaux à réaliser, il est donc facile de paramétrer l’Eco Stop.

Fonction High View, présentée par Manitou Benelux

Charger des camions, manipuler et ranger des ballots jusqu’au toit ou encore empiler des palox nécessite une vision optimale sur la zone de déchargement. Avec les hauteurs de travail disponibles sur les chariots télescopiques, il n’est pas aisé d’avoir une bonne vision sur le bout de la flèche lors des manipulations.

Manitou propose un système de vision active, dénommé High View, qui comprend une caméra intégrée sur la tête de la flèche. Celle-ci diffuse automatiquement les images sur un écran placé en cabine, dès que la flèche franchit un angle de 30º. Un émetteur sans fil numérique, placé derrière la machine, envoie les images dès que la flèche atteint l’angle déterminé.

L’objectif est d’augmenter la productivité et la précision dans les applications de chargement et de manutention en hauteur. Par exemple, le chargement de marchandises en vrac est plus rapide et ne nécessite pas l’aide d’une seconde personne pour vérifier le niveau de remplissage de la remorque. Autre exemple : elle accroît la précision pour le rangement des balles en hauteur.

En fonction du travail à effectuer, deux positions de réglages de la caméra sont possibles sur la flèche, par l’intermédiaire d’une glissière. Soit la camera prend place en position basse pour une vue en dessous du godet, soit elle prend place en position haute pour avoir une vision sur l’outil connecté. Le système fonctionne également la nuit grâce aux lampes Led placées autour de la caméra.

Le système High View est disponible sur la plupart des chariots télescopiques de la gamme MLT.

Mélangeuses

Dans ce domaine, deux innovations ont été retenues par le comité de sélection du Mecanic’Show.

MV 26 Duplo Hydroshift de Tatoma, présentée par Dessy

La société espagnole Tatoma est spécialisée depuis 1983 dans la fabrication de remorques mélangeuses. Cette année, elle a innové en développant la première mélangeuse traînée dotée d’une vitesse de rotation variable – de 0 à 55 tr/min – des vis de mélange. Ce système, appelé Hydroshift, est également capable de faire varier en continu la vitesse des vis en fonction de la puissance délivrée par le tracteur.

Hydroshift est un système de transmission hydraulique des vis géré par un logiciel limiteur de puissance. Son but premier est d’avoir une meilleure qualité de mélange des différents aliments incorporés dans la mélangeuse, mais aussi de pouvoir utiliser un tracteur de moyenne puissance avec des mélangeuses de grande capacité afin de réduire les coûts d’utilisation de ce genre de matériel. Avec une mélangeuse de 26 m³, comme la MV 26 Duplo, il faudrait un tracteur d’une puissance de 170 ch. Avec le système Hydroshift, on peut réduire la puissance du tracteur à 130 ch.

Il est possible de diminuer le besoin en puissance de 23 % grâce à des capteurs de pression placés dans le circuit hydraulique. Tout d’abord, il faut encoder la puissance du tracteur dans le terminal de commande. Le logiciel traduit cette puissance en pression hydraulique à ne pas dépasser. Lors de l’utilisation, dès que la pression dans le circuit augmente et arrive à la pression maximale définie, la vitesse des vis de mélange va ralentir afin de faire biasser la pression hydraulique dans le circuit et donc consommer moins de puissance au niveau du tracteur.

Autres avantages de ce système : il est possible de faire un démarrage progressif des vis, de 0 à 55 tr/min. Il est aussi possible d’avoir une vitesse de rotation qui permet de couper très vite les fibres ou de réaliser des mélanges bas volumes ou encore de faciliter la fin de vidange de la mélangeuse.

De plus, le logiciel permet d’encoder, par aliment, une vitesse de rotation des vis adaptée mais également un temps de mélange. Plus besoin d’avoir un chauffeur expérimenté puisque toutes les données sont introduites dans le terminal et la mélangeuse fait le reste.

More-e de Kuhn,

présenté par Packo Agri

Le réchauffement climatique est un sujet qui est au centre des conversations. C’est dans ce cadre que le constructeur de mélangeuses Kuhn et Motrac Industries, spécialiste dans la conception d’unité d’entraînement électrique et hydraulique, ont développé une mélangeuse traînée à entraînement électrique sur batterie et pilotée à distance.

L’intérêt du système est de valoriser sur place l’électricité produite sur l’exploitation agricole elle-même via la biométhanisation ou par des panneaux photovoltaïques. L’exploitation agricole augmente donc encore un peu plus son autonomie et accroît ainsi sa participation à la réduction des gaz à effet de serre par la diminution de consommation d’énergies fossiles.

L’entraînement mécanique habituel (cardan, boîtier réducteur…) entre le tracteur et la mélangeuse traînée a été remplacé par un entraînement 100 % électrique. Plus besoin d’avoir un tracteur attelé à la mélangeuse pour la faire fonctionner en poste fixe lors du remplissage ! La mélangeuse devient autonome et les différentes fonctions sont commandées à distances via la télécommande.

Les batteries au lithium fournissent une puissance de 82 kW (111 ch). Elles sont prévues pour fonctionner plus de 4.000 cycles de charges et décharges grâce au système de gestion de batteries qui vérifie en permanence l’état de charge et de tension de chaque cellule. Sur base de ces données, chaque cellule est chargée et déchargée séparément afin de prolonger la durée de vie de la batterie.

L’unité More-e est équipée de son propre chargeur avec prise de courant de 400 volts de 16 ampères.

Pailleuses

Trois diplômes ont été distribués à deux constructeurs dans cette catégorie.

Vulcano X-Tract d’Emily, présenté par Loiselet et fils

Emily lance un nouveau modèle de pailleuse à plateau traînée, nommé Vulcano. Celle-ci répond aux besoins des éleveurs qui souhaitent enlever facilement les filets et les ficelles des balles de paille, épandre plusieurs produits conditionnés différemment et gagner en efficacité.

Le constructeur innove en brevetant un système d’aide à l’extraction des filets et ficelles, baptisé X-Tract. Sans ce système, cette tâche est souvent laborieuse pour l’éleveur. Cette innovation va permettre d’extraire les filets et les ficelles des balles rondes d’un diamètre maximum de 1,80 m ou des balles carrées d’une longueur maximale de 2,50 m.

X-Tract utilise un rouleau extracteur pour démultiplier la puissance de traction afin d’extraire les filets et les ficelles, sans effort pour l’utilisateur. Une passerelle permet à l’utilisateur d’opérer en toute sécurité. Après avoir enroulé les filets ou ficelles autour du rouleau, l’utilisateur actionne une pédale pour le mettre en rotation. Une légère tension suffit pour extraire les filets et ficelles les plus réticents ! Moins de 15 secondes sont nécessaires pour déficeler.

Un autre avantage de cette pailleuse, c’est que l’on peut épandre une grande diversité de matières, comme de la paille, de la sciure ou des copeaux de miscanthus. Il n’est, en effet, pas rare d’utiliser plusieurs matières dans les poulaillers, comme de la sciure pour isoler et, ensuite, une couche de paille broyée pour le confort des gallinacés.

La Vulcano permet de pailler de 5 à 12 m de large en fonction du produit. Pour permettre d’épandre correctement le produit, la pailleuse est équipée d’un démêleur principal qui tourne à grande vitesse pour démêler parfaitement le ballot avant d’alimenter les plateaux. Le démêleur supérieur, avec sa faible vitesse de rotation, régule la quantité de paille démêlée et facilite également le déroulage des ballots ronds.

Cleanstraw de Kuhn, présenté par Packo Agri

Afin de limiter la diffusion de particules en suspension lors des opérations de paillage dans les bâtiments, Kuhn propose à la vente un accélérateur de chute de la poussière sur l’ensemble de ses pailleuses à turbines et bols pailleurs.

Ce dispositif optionnel, dénommé Cleanstraw, se compose d’un réservoir d’eau de 64 l greffé à l’avant de l’appareil, alimentant trois diffuseurs placés au-dessus de la goulotte d’éjection. Le système se met en marche automatiquement dès que la fonction paillage est actionnée afin de préserver la consommation d’eau. L’eau est projetée à la sortie de la goulotte, sur le dessus, et enveloppe le flux de paille. Il est possible de le désactiver depuis le boîtier de commande placé en cabine.

Le résultat observé ? La poussière est moins épaisse et reste moins en suspension. Après 30 secondes, il y en a nettement moins dans l’étable. Le confort des animaux est amélioré et le risque d’avoir des problèmes respiratoires est limité.

Au niveau de la quantité d’eau utilisée, il faut compter environ 1 l par 100 kg de paille, ce qui donne une autonomie de 12 à 18 balles de paille. La qualité de la paille reste identique. Elle conserve tout son pouvoir d’absorption.

Sigma V-Cut d’Emily, présenté par Loiselet et fils

Les pailleuses à turbine sont les pailleuses les plus utilisées dans le monde agricole. Emily commercialise des modèles de ce type nommés Sigma. Ces pailleuses s’adaptent sur le relevage du tracteur ou sur des engins de manutention, type chariot télescopique. Elles permettent la mécanisation du paillage par un travail précis et par une projection de la paille de 15 à 18 m.

La difficulté de ces modèles est l’extraction des filets et des ficelles des balles de paille. Étant donné que la balle repose sur la porte de chargement de la pailleuse, il faut une force d’extraction de +/- 215 kg pour retirer les ficelles d’un ballot rectangulaire et de +/- 58 kg pour un ballot rond. C’est pourquoi Emily innove avec le système breveté V-Cut qui permet de couper mécaniquement les liens de toutes les bottes rondes et carrées afin de faciliter l’extraction des ficelles et filets par l’utilisateur.

La coupe des ficelles et filets est réalisée grâce à deux couteaux actionnés hydrauliquement et intégrés dans la porte de chargement. L’opérateur peut actionner le dispositif depuis le boîtier de commande placé à droite de la machine. Pour retirer les ficelles et filets des ballots, l’opérateur va réduire ses efforts de plus de 80 %. Le système V-Cut procure aussi un gain de temps considérable, augmente le confort de l’opérateur et accroît la sécurité des éleveurs.

À suivre

D’après Gaëtan Dubois,

président du comité de sélection

du Mecanic’Show,

Cra-w

Le direct

Le direct