Accueil Editos

Du respect, merci!

Temps de lecture : 3 min

« L’amour est dans le pré »… Voilà une émission dont le succès, tant en Belgique qu’en France, n’est plus à démontrer. Durant plusieurs semaines, on y suit quelques agriculteurs, parfois blessés par la vie, en quête d’amour. Chaque année, les téléspectateurs s’attachent à l’un ou l’autre, espérant que le couple qu’il forme avec l’une de ses prétendantes perdure au-delà de la dernière émission.

Que l’on en soit fan ou non, « L’amour est dans le pré » permet également d’appréhender quelque peu le monde agricole. Traite, moisson, fenaison, vêlage… constituent quelques-uns des moments phares de l’émission. Tout un chacun peut également prendre conscience de la solitude qui pèse sur le quotidien de certains agriculteurs.

Pour les participants – agriculteurs et prétendantes –, s’exposer ainsi aux yeux de milliers de téléspectateurs présente néanmoins des risques. Les critiques sur les réseaux sociaux, voire dans la presse, sont légion…

Pas plus tard que la semaine dernière, une de nos confrères écrivait ainsi : « Face à la caméra, des hommes et des femmes qui ne sont pas formatés dans les castings de la téléréalité telle qu’on la connaît. Des machos un peu gauches, un peu rustres, filmés dans des situations qui prêtent à sourire pour les téléspectateurs majoritairement urbains qui constituent l’audience du programme. Mais où est le spectacle ? » Et de regretter également : « Certains adorent l’émission pour ricaner et se gausser de l’un(e) ou l’autre. Cette année, ils en auront pour leur frais. C’est juste consternant ».

On ne peut que déplorer de tels propos, comparant les participants au programme à des « clowns des campagnes » chargés d’amuser la « galerie des villes » au cours d’un spectacle télévisé. Ce qui est « juste consternant », pour reprendre l’expression de notre confrère, ce n’est pas l’absence de « bonnes tranches de rigolade » mais bien le manque de prise en considération du métier d’agriculteur. Qui, précisons-le, n’a rien à voir avec le quotidien feutré des professionnels de la téléréalité.

Face à ce discours, doit-on rappeler – encore une fois ! – le rôle crucial que jouent les éleveurs, viticulteurs, cultivateurs, fruiticulteurs, horticulteurs… pour embellir notre quotidien de paysages tous plus diversifiés les uns que les autres mais aussi, et surtout, pour remplir nos assiettes de denrées de qualité ? Il semblerait que oui ; certains paraissant l’oublier…

L’agriculture ne constitue pas un quelconque spectacle ou divertissement, mais peut s’assimiler à un véritable service à la société. Au-delà des moqueries et autres railleries, celles et ceux qui nous nourrissent ne méritent qu’une seule chose : le respect de tout un chacun !

J. Vandegoor

A lire aussi en Editos

Un soupçon de cohérence environnementale?

Editos « Dans un contexte de crises multiples (Covid-19, guerre en Ukraine, changement climatique), le véritable défi pour les décideurs politiques est d’ouvrir la voie à une transition vers un système alimentaire durable et résilient qui répond à la fois aux besoins à court et à long terme », affirme la Commission européenne dans un rapport publié le 4 janvier dernier, dont l’objectif est d’évaluer les principaux facteurs affectant la sécurité alimentaire. Et les instances européennes d’affirmer que le Pacte Vert devrait permettre d’atteindre ce but.
Voir plus d'articles