Accueil Conso

Avec 4 millions de consommateurs touchés, et 1.500 professionnels formés, l’objectif de la campagne «Moments Authentiques» est atteint

« Avec quelque 4 millions de consommateurs sensibilisés et plus de 1.500 professionnels formés, la campagne « Moments Authentiques » pour la promotion de la viande bovine locale est un succès », se félicite Amandine Vandeputte de l’Agence wallonne pour la promotion d’une agriculture de qualité (Apaq-w), lors de la conférence de clôture de ladite campagne, à Ophain.

Temps de lecture : 4 min

L ancée en 2020 jusqu’à la fin de cette année, la campagne « Moments Authentiques » avait pour objectif de promouvoir la qualité de la viande de bœuf local, le modèle de production européen, mais aussi sa consommation responsable dans une alimentation équilibrée. Co-financée par l’Union européenne et organisée par l’Apaq-w, ladite campagne se termine en ayant atteint ses objectifs grâce aux nombreuses actions mises en place tant auprès des consommateurs que des professionnels.

Des formations auprès des écoles hôtelières et des membres de la Fédération des bouchers, des visites d’élevages locaux, de la distribution de matériel informatif BtoB et BtoC, deux concours inter-écoles hôtelières, le partage de recettes mettant à l’honneur le bœuf dans toute sa diversité (dans une alimentation équilibrée, accompagné de légumes et produits locaux), et bien d’autres activités encore, ont permis d’atteindre les résultats suivants :

– plus de 4 millions de consommateurs sensibilisés ;

– 800 chefs touchés grâce aux « restaurants weeks » et une présence au lancement du guide Gault & Millau 2023 ;

– 30 restaurants bruxellois et wallons qui ont créé des plats à base de viande bovine d’élevages locaux à l’occasion d’une des 3 vagues de « restaurant weeks » ;

– plus de 500 élèves d’écoles hôtelières touchés grâce à des formations et deux concours ;

– 200 bouchers wallons et bruxellois informés.

Pour en savoir plus sur la campagne « Moments authentiques » : https ://momentsauthentiques.eu/ . Notons que la prochaine campagne de l’Apaq-W cofinancée par l’Union Européenne devrait avoir trait à la durabilité et ne devrait démarrer si tout va bien qu’en 2024.

Les qualités nutritionnelles du bœuf dans

une alimentation équilibrée

La clôture de ce projet était également l’occasion de parler des qualités nutritionnelles de la viande bovine, de l’avenir de l’élevage bovin en Wallonie et de nuancer certaines idées ancrées dans l’imagerie populaire grâce à des experts indépendants.

« La viande de bœuf est mauvaise pour la santé ! ». Encore une idée reçue décortiquée cette fois par Nicolas Guggenbühl, professeur à la Haute Ecole Vinci et expert nutrition chez Karott’. Il a abordé les aspects nutritionnels de la viande bovine, source utile de nutriments essentiels (protéines de qualité, fer hautement assimilable, vitamine B12, zinc, sélénium…), et sa place dans une alimentation équilibrée, mais en quantité modérée. Un avis conforme aux recommandations alimentaires du Food-Based Dietary Guidelines (FBDG) en vigueur en Belgique. Pour le climat comme pour la santé humaine, l’objectif est de manger moins de viande, mais de meilleure qualité. Il s’agit de privilégier la viande bovine locale qui, de surcroît, est souvent nourrie à l’herbe une grande partie de l’année, ce qui influence favorablement sa qualité nutritionnelle.

Quel futur pour l’élevage bovin en Wallonie ?

Autre point à l’ordre du jour : la réalisation du Cahier de prospective « Les futurs incertains de l’élevage bovin en Wallonie » dans le cadre du projet « Construire les futurs de l’élevage bovin (lait et viande) en Wallonie à l’horizon 2040 ». Victoria Tosar, du Centre wallon de recherches agronomiques, a ainsi rappelé à la presse que l’élevage wallon bovin traverse une crise majeure face à la compétition internationale mais aussi avec la population d’éleveurs de plus en plus âgée et la rareté des candidats repreneurs. Le lait et la viande bovine représentent actuellement la moitié de la valeur de la production agricole finale de la Région wallonne. Toutefois, depuis les deux dernières décennies, le cheptel bovin s’est réduit de 30 % tandis que le nombre d’éleveurs régressait de deux tiers, les revenus devenant faibles et instables.

De nombreux défis se profilent pour l’avenir

Changement des habitudes alimentaires, explosion des coûts des intrants, contraintes environnementales… Les scénarios en vue de 2040, co-construits avec des acteurs de la filière mais aussi du monde agricole, laissent percevoir des changements profonds à venir auxquels chaque acteur, selon sa propre opinion et son implication au sein de l’élevage bovin wallon, devra se positionner.

A lire aussi en Conso

Lait, fruits et légumes à l’école: un programme efficace hors pandémie

Conso Dans la perspective de la révision du cadre législatif du programme de distribution de fruits, légumes et produits laitiers dans les écoles de l’UE prévue en 2023, une étude commandée par la commission montre une hausse (hors pandémie de Covid-19) de la part des enfants recevant à la fois des fruits et légumes et du lait/des produits laitiers, passant de 40,2 % en 2017-2018 à 54,6 % en 2020-2021.
Voir plus d'articles