Accueil Cultures

Plan «Erosion»: il vous reste peu de temps pour transmettre vos remarques!

Le 21 mars dernier, en parallèle de la manifestation organisée à Namur par les agriculteurs, se tenait la première réunion du groupe de travail « Érosion ». Son but consiste à trouver des solutions tant logistiques (encadrement, cartographie…) que législatives si besoin.

Temps de lecture : 2 min

Le cas échéant, il proposera également une modification du cahier des charges de la BCAE 5 visant à limiter l’érosion des sols et donc, de facto, du Plan Stratégique wallon relatif à la politique agricole commune 2023-2027.

Ce groupe de travail est également chargé de collecter les remarques des agriculteurs par rapport aux prescriptions de cette BCAE 5 et à son application sur le terrain et ce, d’ici le 31 mars.

Comment faire ?

Tout agriculteur peut faire part de ses éventuelles difficultés (avec précision des parcelles concernées) de manière à aider le groupe de travail dans sa mission. Ces remarques peuvent être relayées au travers des organisations syndicales ou via l’adresse carte.erosion@spw.wallonie.be. Il n’y sera pas répondu de manière individuelle mais elles contribueront à la réflexion du groupe de travail.

Une prochaine réunion est prévue à la mi-avril afin de faire le point sur l’ensemble des constats et problématiques qui font suite à la collecte et à l’analyse de ces données. Sur base de ces éléments, le ministre pourra être amené à préciser le référentiel cartographique et à compléter les dispositions permettant d’accompagner au mieux les agriculteurs par rapport aux réalités de terrain.

Pour rappel, la Wallonie dispose de deux années d’adaptation (2023 et 2024) pour accompagner les agriculteurs dans la mise en place des mesures sans risque de pénalité financière. Le ministre de l’Agriculture souhaite plaider auprès de la Commission européenne le fait que l’année 2023 soit considérée comme « année blanche » et donc que les années d’adaptation à prendre en compte soient 2024 et 2025.

A lire aussi en Cultures

Lutter contre la jaunisse, une approche en quatre phases

Betteraves La jaunisse virale constitue un véritable problème en betteraves sucrières, accentué par la disparition des enrobages de semences à base de néonicotinoïdes. Pour minimiser l’impact de cette maladie, une stratégie reposant sur quatre piliers doit être adoptée, dans l’attente de voir de nouvelles solutions émerger.
Voir plus d'articles