Accueil Maïs

Qu’implique l’éco-régime «réduction d’intrants»?

Dans le cadre de la nouvelle politique agricole commune, débutant en 2023, de nouvelles aides, appelées éco-régimes, ont été mises en place.

Temps de lecture : 2 min

Parmi celles-ci figure l’éco-régime « réduction d’intrant » qui consiste en une prime octroyée lorsque l’agriculteur s’engage, sur ses parcelles de terres arables et cultures permanentes, à n’appliquer aucun produit phytopharmaceutique repris dans une liste constituée de molécules à « prohiber » Les molécules prohibées sont celles considérées comme « à substituer » dans la réglementation européenne.

L’asbl Corder est chargée de publier une liste des produits phytosanitaires qui contiennent ces molécules au regard de leur utilisation dans les cultures présentes en Wallonie. Cette liste devra être validée annuellement par l’administration et communiquée aux agriculteurs vers le mois de septembre de l’année qui précède l’engagement.

Actuellement, une première liste de produits « prohibés » est consultable sur le site de Corder (www.corder.be). Celle-ci n’est actuellement pas encore validée par les autorités compétentes mais sert de base à l’application de cet éco-régime pour cette année. Le tableau reprend les principaux produits agréés en culture de maïs qui ne peuvent pas être utilisés dans le cadre de cet éco-régime.

13-4058-MAIS-DESH 9-web

En pratique

Au vu de cette liste, s’engager dans cet éco-régime « réduction d’intrant » signifie recourir aux semences bio car le seul traitement fongicide appliqué sur semences encore utilisable en maïs (le Redigo M ou le Redigo Maïs) est repris dans les produits prohibés. La totalité des semences semées en agriculture conventionnelle sont d’ailleurs enrobées avec ce fongicide. Le Korit, seul répulsif oiseaux (corvidés principalement) encore utilisable en maïs, ne peut non plus être utilisé.

Prendre le risque de voir les parcelles de maïs engagées dans cet éco-régime et ensemencées avec des semences bio, attaquées par les corvidés ou clairsemées suite à une fonte de semis due à des pythium ou fusarium vaut-il les 80 € proposés par cette mesure ? La question est posée !

A lire aussi en Maïs

Soixante-trois variétés de maïs grain évaluées au champ: ce qu’il faut retenir!

Maïs Le Cipf et Le Lcv ont, une nouvelle fois, comparé plusieurs dizaines de variétés de maïs grain inscrites au catalogue belge ou européen. Les résultats de leurs expérimentations, de même que les enseignements qui en découlent, guideront le choix variétal pour les semis à venir, que l’on s’oriente vers le maïs grain à sécher, grain humide ou épi broyé.
Voir plus d'articles