Accueil Maraîchage

Semoirs maraîchers: un choix à opérer en fonction des types de cultures à implanter

Les semis de cultures maraîchères sur de grandes surfaces peuvent être réalisés à l’aide de semoirs de précision. Les entreprises agricoles spécialisées ne sont pas nombreuses, mais les services offerts sont de qualité. Les déplacements sur des distances relativement longues sont possibles tant que les surfaces concernées le justifient. Ces semoirs travaillent plusieurs lignes de semis en même temps. Nous devons donc prévoir une quantité de semence suffisante pour permettre le travail de chacun des éléments semeurs.

Temps de lecture : 8 min

Pour les fermes maraîchères diversifiées, le recours à de tels services peut être compliqué, surtout si les surfaces à semer sont modestes pour chaque lot et chaque date d’intervention. Nous y sommes alors amenés à envisager l’emploi de semoir à un seul rang, acquis ou loué à un confrère.

Différents modèles disponibles

Les semoirs mono-rangs disponibles peuvent être classés en deux grandes catégories selon les résultats souhaités: les peuplements et les semis de précision.

Les semoirs adaptés aux semis en ligne étroite, ligne éclatée, en bande dispersée ou en poquets distribuent les semences en peuplement. Ils conviennent bien pour des populations relativement élevées par unité de surface, comme les pépinières de poireaux par exemple.

Les semoirs de précision sont inspirés ou dérivés des machines employées en grandes cultures. Ils permettent un semis en place des semences de haute qualité germinative. Certains modèles s’adaptent aux semences nues ou pelliculées et d’autres aux semences enrobées.

Avant toute chose, nous devons tenir compte des types de cultures que nous comptons implanter dans notre ferme maraîchère. La liste établie sera la base du cahier de charge que nous nous imposerons. Cela paraît évident, mais c’est une démarche qui permet de ne pas se laisser influencer par des listes impressionnantes de possibilités présentées dans les dépliants des fournisseurs potentiels. Par exemple, un semoir capable de semer des tomates, des aubergines et des poivrons en ligne est-il souhaité alors que la ferme ne produit pas elle-même les plantes de tomate ou qu’elle réalise les semis de ces espèces en terrines? Les légumes semés par le maraîcher comprendront notamment les espèces suivantes: pois, radis, roquette, betterave, bette, carotte, chou en pépinière, cresson alénois, épinard, fenouil, haricots, maïs doux, mâche, navet, oignon, panais, persil, poireau, différents engrais verts.

Ensuite, nous devons tenir compte des possibilités de disposer de pièces de rechange pour de nombreuses années d’usage attendu. Cette estimation de la durée d’emploi est déterminante pour pouvoir comparer le coût annuel de la machine. Le plus économique n’est pas nécessairement le moins cher en investissement. La durée d’usage de la machine est importante, mais les chances de bien réussir ses semis sont encore bien plus importantes.

Connaissant les usages prévus et ayant sélectionné des fournisseurs répondant aux souhaits, nous pouvons détailler les caractéristiques recherchées des machines. Il reste à les comparer aux possibilités de chacun des modèles disponibles.

Les semoirs polyvalents sont souvent simples et robustes.
Les semoirs polyvalents sont souvent simples et robustes.

 Le nombre d’éléments

Le nombre d’éléments semeurs dépend de la taille des parcelles de la ferme. Pour les petites fermes maraîchères, les semoirs à pousser d’un rang conviennent bien. Il n’y a qu’une seule réserve de semences à approvisionner et donc peu de rebut. En pratique, c’est un aspect très important de coût d’utilisation.

 La trémie

Il est inutile de disposer d’une grande capacité de réserve. Ou bien la ferme est de taille modeste et la quantité de semences à employer par lot est limitée. Ou alors la ferme est de grande taille et les semoirs multi-rangs seront préférés. Notons d’ailleurs que plusieurs fabricants proposent les mêmes types de machines adaptables en multi- ou en mono-rang et qu’un des éléments peut servir pour ces deux tailles d’équipements.

Un élément essentiel dans la pratique est la quantité de semence nécessaire pour que l’organe de capture des semences fonctionne correctement. Vu les coûts des semences maraîchères, il est important de pouvoir fonctionner avec de très faibles réserves dans le fond de la trémie. Un autre point important est la facilité de vidange des fonds de trémie pour éviter les gaspillages entre deux lots.

 La distribution

Plusieurs modèles existent, c’est la gamme de diversité des semences qui nous guidera dans les choix. Plusieurs modèles fonctionnent avec des semences enrobées. D’autres permettent aussi le semis de semences nues ou pelliculées. De manière générale, les systèmes disponibles ont de nombreuses qualités; c’est le réglage qui fera la différence. La bonne maîtrise du mode d’emploi est une clé du succès. Notons que certains systèmes actuels mettent en mouvement des pièces de matières différentes pouvant créer de l’électricité statique. Les conséquences peuvent aller jusqu’à des non-distributions de graines qui restent accrochées électriquement aux organes mobiles du semoir. C’est important d’en discuter avec le fournisseur pour y pallier; des mesures correctives sont souvent possibles: emploi de talc, pose de balais conducteurs, maintien complémentaire des organes mobiles par un élastique de contact...

Il existe des modèles mécaniques et des modèles pneumatiques. Le réglage part d’une boîte de vitesses mue par une roue. L’amplitude des réglages sera en concordance avec les besoins propres à la ferme et définis plus haut.

Nous devons vérifier la densité de semis en faisant tourner la roue d’entraînement sur l’équivalent d’une longueur connue (20 mètres par exemple). Cette vérification est indispensable entre deux lots, même s’il s’agit de la même espèce. Les modèles de semoirs volumétriques seront à réajuster en fonction du calibre de chaque lot. Un des cas les plus marquants est la carotte. Le poids de 100 grains peut varier du simple au quadruple entre deux lots.

Pour les semis à forte densité, le mécanisme doit avoir le temps de fonctionner correctement pour éviter les doubles et les manques en semis de précision, mais aussi pour travailler régulièrement pour les semis en peuplement. Le mode d’emploi doit être respecté, nous faisons un semis, nous préparons la future récolte. Nous ne faisons pas les courses!

 Autre point essentiel: la pose en terre

Les semences maraîchères peuvent être très fines. Leur levée peut être longue et donc dépendante d’une longue période d’humectation. Pour permettre l’obtention de cultures homogènes et un désherbage chimique ou thermique efficace de pré-émergence, la levée doit être régulière. Nous devons donc avoir une profondeur de semis très régulière et un contact franc entre le sol et la graine. Ces qualités sont attendues du soc, du système de terrage et de la roue plombeuse. Aucun réglage efficace n’est possible si le semoir n’est pas stable.

Les socs seront choisis en fonction des types de semis souhaités: en cordon fin, en bande, et en doubles lignes. Ils doivent suivre le profil du sol avec fermeté; une simple motte doit être écartée et ne peut pas provoquer son soulèvement. Une roue avant ou un sabot guide le positionnement du sol. Le soc prépare la pose des graines à une profondeur bien déterminée. Les semoirs légers ne fonctionnent vraiment bien que sur des sols rassis lors de la dernière façon de préparation de la parcelle. La trace de la roue avant des semoirs lourds suffit pour permettre le bon fonctionnement du sabot ou de la roue de terrage du soc.

Sans vouloir être vieux jeu, le travail du rouleau plombeur lisse avant un semis avec un semoir mono-rang est appréciable. D’abord pour l’effort de l’opérateur: le semoir est bien plus facile à pousser sur un sol bien plat et rassis. Ensuite pour l’efficacité du fonctionnement de la roue ou du sabot de terrage. Ensuite pour la réussite du semis suivi d’orages ou de pluies battantes: sur sol roulé, la ligne de semis est travaillée et donc légèrement en surplomb par rapport à l’inter-route.

 La roue plombeuse: clé de la réussite

La graine devra être en contact intime avec le sol pour permettre son hydratation régulière durant toute la phase de germination. Ce contact est assuré par la roue plombeuse. Elle assurera une pression au sol de l’ordre d’un kg par centimètre de largeur de la roue. Cette pression est possible par lestage ou par le renvoi de force d’un ressort au départ du bâti du semoir.

 Autres caractéristiques

L’encombrement de l’élément semeur en largeur n’a d’importance que pour les semoirs multi-rangs. La facilité de réglage est par contre plus importante que pour les semoirs de grandes cultures, la fréquence des modifications étant inversement proportionnelle à la taille des parcelles de chaque lot.

Le traceur doit être précis. La forme de la trace peut constituer une ornière guidant la roue du semoir lors du semis de la rangée suivante, lorsque la roue de devant est étroite.

En principe, le semoir mono-rang maraîcher permet aussi des semis sur buttes. Encore faut-il que celles-ci soient bien rassises et fermes.

 La densité dépend de l’espèce et de la variété à semer

La densité de semis dépend de l’espèce et de la variété semée. Elle doit être réglée précisément pour éviter les populations trop faibles (il faudra ressemer) et trop fortes (le travail d’éclaircissage est trop important).

Pour une même espèce, les lots de semences peuvent différer grandement. Il convient de régler le semoir pour chacun d'eux. Ici, deux lots de semences de carottes.
Pour une même espèce, les lots de semences peuvent différer grandement. Il convient de régler le semoir pour chacun d'eux. Ici, deux lots de semences de carottes.
Les côtes comissurales très développées des semences de panais compliquent la mécanisation de semis.
Les côtes comissurales très développées des semences de panais compliquent la mécanisation de semis.
Les pois peuvent être semés à la plupart des semoirs maraîchers. Mais semons-nous des pois dans notre ferme maraîchère ? Soyons précis sur la liste des espèces à semer pour bien déterminer les avantages attendus avant l'achat d'une machine.
Les pois peuvent être semés à la plupart des semoirs maraîchers. Mais semons-nous des pois dans notre ferme maraîchère ? Soyons précis sur la liste des espèces à semer pour bien déterminer les avantages attendus avant l'achat d'une machine.

 La profondeur de semis

En sol limoneux, la profondeur de semis est de 3 à 4 fois le diamètre de la graine. En sols sableux ou en conditions sèches, on sème un plus profondément. Certains modèles de semoir ne peuvent pas être réglés pour la profondeur de semis, avec comme conséquence une perte de la polyvalence d’emploi.

Le semis sur un sol roulé donne une profondeur de mise en place des graines plus régulière. Certains modèles de semoirs sont munis de grandes roues assurant une bonne stabilité même quand le lit de préparation de sol est imparfait.

F.

A lire aussi en Maraîchage

Maîtriser l’enherbement: un facteur décisif pour la rentabilité de la ferme!

Maraîchage La maîtrise de l’enherbement est un point essentiel dans la gestion de la ferme maraîchère. Bien que cette problématique concerne l’ensemble des exploitations, elle revêt une importance particulière pour celles en agriculture biologique. La charge de travail nécessaire pour contrôler l’enherbement est tellement importante qu’elle détermine la rentabilité des cultures et de la ferme, en général.
Voir plus d'articles