Accueil Céréales

Pucerons en céréales: accalmie ne rime pas obligatoirement avec tranquillité

Depuis la semaine dernière, les populations de pucerons évoluent peu. Le climat venteux et pluvieux de ces derniers jours n’a pas été favorable aux vols des pucerons ailés. Les colonies de pucerons aptères n’ont, elles non plus, guère augmenté.

Temps de lecture : 2 min

Sur les 17 champs d’escourgeon observés par le Cepicop le 27 octobre, une seule parcelle dépasse le seuil d’intervention de 10 %. Dans cette parcelle, située à Beauvechain, 12 % des plantes sont colonisées par au moins un puceron (dans ce cas, il n’y a que des aptères). Les autres champs du réseau présentent un taux d’infestation compris entre 0 et 7 %.

Pour rappel, le seuil d’intervention conseillé est 10 % de plantes portant au moins un puceron. Il est donc vivement conseillé de réaliser un comptage pour prendre la bonne décision. Le comptage se réalise sur 10 séries de 10 plantes (= 100 plantes) et doit idéalement s’exécuter par beau temps et dans les heures les plus chaudes (et donc celles où les pucerons sont les plus actifs et visibles), entre 10 et 15h.

Réaliser les observations face au soleil permet de repérer les pucerons par transparence de la feuille. Lorsqu’il fait froid et humide (le matin, par exemple) ou lorsqu’il y a du vent, les pucerons se cachent dans le collet de la plantule, ce qui rend l’observation difficile et peut faire prendre une mauvaise décision.

Situation stable

La situation reste stable pour le moment et, au vu des prévisions météorologiques annoncées, n’est pas susceptible d’évoluer dans la semaine qui vient. Il convient toutefois de rester attentif car il n’a pas encore fait vraiment froid et les populations pourraient se redévelopper si les températures remontent.

Le risque de colonisation, pour des champs de blé à peine levés, ou de recolonisation, pour des céréales déjà bien développées, traitées ou non, n’est donc pas encore tout à fait écarté. Les observations qui seront effectuées la semaine prochaine au sein du réseau permettront d’actualiser le risque.

D’après le Cepicop,

le 30 octobre

A lire aussi en Céréales

Dois-je alléger mon programme de désherbage des céréales?

Céréales Les conditions météorologiques de l’automne dernier ont, et c’est peu de le dire, compliqué la récolte des cultures de printemps. Les semis de céréales, quand ils ont pu avoir lieu, s’en sont retrouvés fortement retardés. Le début de l’hiver ne fut guère plus favorable, ce qui a pu impacter les levées. Actuellement, il n’est donc pas rare d’observer de l’hétérogénéité entre les parcelles mais également au sein d’une parcelle. L’accès aux terres est encore très difficile.
Voir plus d'articles