Accueil Maïs

Mycotoxines en culture de maïs: aucun dépassement des normes, mais la vigilance demeure

Près de 130 échantillons de maïs ont été prélevés et analysés en vue d’estimer leur teneur en mycotoxines. Les résultats communiqués par Fegra et Bfa montrent qu’aucun dépassement des niveaux admissibles n’a été observé suite à la récolte 2023.

Temps de lecture : 2 min

Fegra et Bfa, les fédérations belges du négoce en grains et des fabricants d’aliments pour animaux, ont à nouveau effectué cette année un suivi ciblé afin de déterminer la présence de mycotoxines dans le maïs après la récolte (à titre d’alerte précoce ou « Early warning »). Ce monitoring est effectué depuis plusieurs années déjà dans l’objectif de collecter des données et de mettre les résultats d’analyse à la disposition des utilisateurs de maïs dès que possible après la récolte.

Le rapport pour la récolte 2023 est basé sur 127 échantillons, dont 37 provenaient de la France, 32 de Belgique, 30 de Pologne, 19 d’Ukraine, 5 d’Allemagne et 2 du Brésil. Deux échantillons de maïs étaient d’origine inconnue. Les résultats de l’analyse montrent un niveau de contamination globalement faible.

Sous le seuil de dépassement

Tout comme en 2022, aucun résultat n’a dépassé la teneur maximale recommandée pour les différentes mycotoxines analysées. De nombreux résultats étaient même inférieurs à la limite de détection. En effet, le nombre de résultats inférieurs aux limites de détection respectives est le suivant : 26/79 pour le déoxynivalénol (150 ppb), 52/79 pour la zéaralénone (50 ppb), 24/43 pour la fumonisine B1 (25 ppb), 36/43 pour la fumonisine B2 (25 ppb), 48/54 pour la HT-2 (20 ppb), 52/54 pour la T-2 (20 ppb) et 104/104 pour l’aflatoxine B1 (1 ppb).

Bien qu’aucun dépassement des niveaux admissibles en mycotoxines n’ait été observé, une certaine vigilance reste toujours de mise. Les valeurs obtenues ne sont qu’indicatives car elles ne couvrent que le risque de mycotoxines aux champs. En outre, il ne faut pas sous-estimer l’influence des conditions météorologiques humides et des périodes aux champs plus longues.

Ainsi, déjà pour le déoxynivalénol, par rapport à 2022, on peut observer une augmentation du taux de contamination qui peut être due aux pluies tombées durant la période de floraison. Les conditions météorologiques pluvieuses (et parfois chaudes) durant la période aux champs peuvent donc avoir été propices au développement de la fusariose.

En outre, il est toujours possible que les concentrations en mycotoxines dans les grains de maïs augmentent au cours de la période de stockage. Il reste important d’appliquer de bonnes pratiques de stockage, y compris un refroidissement et une ventilation adéquats après le séchage.

A lire aussi en Maïs

Soixante-trois variétés de maïs grain évaluées au champ: ce qu’il faut retenir!

Maïs Le Cipf et Le Lcv ont, une nouvelle fois, comparé plusieurs dizaines de variétés de maïs grain inscrites au catalogue belge ou européen. Les résultats de leurs expérimentations, de même que les enseignements qui en découlent, guideront le choix variétal pour les semis à venir, que l’on s’oriente vers le maïs grain à sécher, grain humide ou épi broyé.
Voir plus d'articles