Diviser pour mieux régner

Diviser pour mieux régner

Tous les producteurs semblent se résoudre à ce que l’industrie alimentaire mène, une fois de plus, la danse. Mais pourquoi ? « Parce que les planteurs peuvent compter sur un chiffre d’affaires par ha comparable à celui des campagnes précédentes », dit le groupe. « Parce que si nous payons la betterave plus chère que les autres filiales du groupe Südzucker, nous mettons en péril la betterave belge », dit le directeur exécutif, Guy Paternoster. « Et, si on perd la betterave, on la remplacera par quoi ? », s’inquiètent certains...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite

Je suis abonné au journal Le Sillon Belge:


j'ai déjà d'un compte en ligne
Je me connecte

Je n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct