Accueil Cultures

En Flandre, les agriculteurs pourront s’assurer contre les intempéries

Les agriculteurs du nord du pays pourront à partir du printemps 2018 s’assurer contre la sécheresse, les tempêtes, le gel tardif, les pluies diluviennes et autres manifestations du «mauvais temps», a annoncé le Boerenbond.

Temps de lecture : 1 min

Le syndicat agricole flamand négocie actuellement avec le gouvernement flamand et le secteur des assurances pour la mise en place d’un marché de l’assurance contre le mauvais temps. Il s’agit d’une réponse à la succession d’épisodes météorologiques extrêmes survenus ces derniers mois dans notre pays, comme la sécheresse du printemps dernier.

A l’heure actuelle, les agriculteurs ne peuvent en pratique pas s’assurer contre le mauvais temps car ce genre de polices est impayable. Le secteur fruiticole fait toutefois figure d’exception puisqu’il y est monnaie courante de s’assurer contre les dégâts du gel.

Pour que le système soit accessible aux agriculteurs, les pouvoirs publics flamands interviendraient pour la moitié de la prime d’assurance à payer par les agriculteurs, explique-t-on au Boerenbond. L’objectif est que l’assurance privée coexiste avec le Fonds des calamités, lequel reste nécessaire, insiste la présidente du syndicat agricole flamand, Sonja De Becker. «Certaines cultures et certains risquent ne peuvent en effet être assurés».

(Belga)

A lire aussi en Cultures

Céréales: les pucerons sont peu nombreux pour l’instant

Céréales La grande majorité des froments a dépassé le stade dernière feuille étalée (BBCH 39) et se dirige vers le stade épiaison (BBCH 51-59). Les variétés plus hâtives comme Campesino ou RGT Perkussio sont déjà à la fin de l’épiaison (BBCH 57-59) voire au début de la floraison (BBCH 61).
Voir plus d'articles