Le maïs, ce migrant mal aimé

Le maïs, ce migrant mal aimé

Je n’ai pas voulu plomber l’ambiance, mais cela n’interdit pas de réfléchir à charge et à décharge.

Le maïs est en effet le dernier migrant d’Amérique à s’être installé chez nous.

Les aînés se souviennent de la contribution de l’agronome Ledent et du CIPF depuis les années soixante. Il représentait alors 1 % des surfaces cultivées. Aujourd’hui, le maïs fourrage occupe 20 % des terres hors prairies et le maïs grain 6 %. Au total : 60.000 ha en Wallonie. On peut dire qu’il s’est bien intégré...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct