Tracteurs agricoles: la France stabilise ses immatriculations

Tracteurs agricoles: la France stabilise ses immatriculations

Les immatriculations de tracteurs standards (achetés principalement par les agriculteurs) ont été stables en 2017, à 22.500 unités, tandis que les ventes de tracteurs pour vignes et vergers ont baissé de 5,3 %, passant sous la barre des 4.000 machines neuves, rapporte Axema, l’association des constructeurs de machinisme agricole (l’équivalent français de Fedagrim). Les ventes de chargeurs télescopiques sont en recul de 14,6 %, après un pic en 2016.

Par ailleurs, les immatriculations de tracteurs « espaces verts » ont explosé (+82,4 %), si bien que le seul mois de décembre a représenté 27 % des immatriculations (tous tracteurs confondus) de l’année, contre 14 % en 2016 ; l’échéance du 1er  janvier 2018 du règlement européen appelé « Mother regulation » a eu un effet particulièrement important chez les distributeurs de ce type de matériel, explique-t-on chez Axema.

Cette réglementation impose que l’ensemble des tracteurs neufs mis sur le marché après cette date répondent à certaines exigences de sécurité. Les distributeurs de tracteurs « espaces verts » ont donc immatriculé en urgence les véhicules concernés, afin de pouvoir continuer à les commercialiser après cette date, mais sous la forme de véhicules d’occasion.

Probablement mieux organisés et informés, les distributeurs de tracteurs standards ont mieux utilisé une souplesse offerte par l’Europe : la possibilité d’immatriculer un volume de 10 % des modèles concernés au cours des deux prochaines années.

Le direct

Le direct