Accueil Economie

Sucre: les betteraviers et fabricants européens face à «l’escalade de la crise»

Les experts des États membres de l’UE, réunis le 14 mai au sein du Comité spécial agricole (CSA), ont fait part de leurs préoccupations face à la faiblesse des prix du sucre. Le 9 mai, les betteraviers (Cibe) et fabricants européens (CEFS) avaient appelé la Commission européenne et les Vingt-huit à « prendre en compte l’escalade de la crise » dans le secteur et à envisager les moyens d’en « minimiser les dommages potentiellement irréversibles ».

Temps de lecture : 2 min

Les experts des États membres de l’UE, réunis le 14 mai au sein du Comité spécial agricole (CSA), ont fait part de leurs préoccupations face à la faiblesse des prix du sucre. Le 9 mai, les betteraviers (Cibe) et fabricants européens (CEFS) avaient appelé la Commission européenne et les Vingt-huit à « prendre en compte l’escalade de la crise » dans le secteur et à envisager les moyens d’en « minimiser les dommages potentiellement irréversibles ».

À 372 €/t en février dernier, le prix moyen communautaire du sucre blanc est actuellement à son plus bas niveau depuis l’établissement du système de communication des prix de la Commission, en juillet 2006, et inférieur de plus de 25 % par rapport à août 2017, soit « bien au-dessous » des coûts de production, alertent les deux organisations professionnelles.

Les exportations, bien que supérieures à celles enregistrées sous le système des quotas de production, sont « limitées » et « dévalorisées » par les niveaux des cours mondiaux, ajoutent-elles. Des cours qui « ne reflètent pas la réalité économique », car ils sont « en grande partie déprimés par la production et les exportations subventionnées du Brésil, de la Thaïlande, du Pakistan et de l’Inde ».

Les mêmes critiques ont été formulées le 8 mai à l’encontre de l’UE par l’Alliance mondiale des producteurs de sucre de canne pour la libéralisation des échanges dont les membres étaient réunis à New York.

Si l’écart entre les prix actuels du sucre dans l’UE et leur niveau de septembre 2017 reste au niveau actuel, « le transfert net de richesse du secteur du sucre (agriculteurs et industrie) vers celui de la transformation secondaire sera d’au moins 2 milliards € d’ici la fin de 2018 », affirment les betteraviers et industriels européens.

A lire aussi en Economie

Lait : après la pluie, le beau temps

Economie Secteur sensible s’il en est, le lait semble toujours sur le feu. Jan de Keyser, spécialiste Agriculture chez BNP Paribas Fortis, l’a surveillé au cours de ces derniers mois. Pour livrer quelques impressions et esquisser l’une ou l’autre tendance.
Voir plus d'articles