Sécheresse: du jamais-vu depuis 40 ans pour les producteurs et transformateurs de légumes

Sécheresse: du jamais-vu depuis 40 ans pour les producteurs et transformateurs de légumes

« Avec le temps chaud et sec qui a persisté en juillet sur la majeure partie du continent, les légumes ont continué à souffrir et les rendements des récoltes ont chuté fortement », constate Profel. L’organisation souligne que 2018 est la troisième année consécutive au cours de laquelle le secteur doit faire face à d’importants problèmes liés aux conditions climatiques. Cette année, la météo a particulièrement touché le secteur des légumes surgelés et en conserves, dont les unités de transformation ont souffert de livraisons réduites et irrégulières de légumes, entraînant une hausse des coûts et une baisse de la production. « Des réductions significatives des rendements sont annoncées » pour les petits pois (de 20 à 50 %) et pour les haricots (jusqu’à 50 %), poursuit Profel. Pour les oignons, les rendements annoncés sont de 15 à 50 % inférieurs alors que les courgettes et les épinards « sont également touchés ». « Dans certaines régions l’ensemencement d’une seconde récolte : épinards, haricots ou chou-fleur, n’est tout simplement pas possible en raison de la sécheresse ». Le secteur de la transformation de légumes s’inquiète également pour les légumes d’hiver comme les choux et les poireaux. « Pour ces récoltes, il est déjà clair que les conditions météorologiques ont été trop sèches et que cela va donner lieu à des rendements en dessous de la moyenne. »

Le direct

Le direct