Peste porcine africaine: chasse et nourrissage interdits jusqu’au 15 octobre dans une zone de 63.000 hectares

Peste porcine africaine: chasse et nourrissage interdits jusqu’au 15 octobre dans une zone de 63.000 hectares

Les promenades en forêt, elles, sont autorisées « à condition de respecter scrupuleusement le code forestier et de rester sur les chemins et les sentiers balisés », précise-t-on du côté du cabinet au terme d’une rencontre, vendredi midi, avec les différents acteurs du dossier (syndicats agricoles, chasseurs, Afsca, administration et ministre).

Il se peut par ailleurs que les organisateurs d’événements de masse traversant les forêts, tels que des marches ou des trails, soient contactés afin qu’ils envisagent un parcours différent. Les activités économiques liées aux forêts restent elles aussi possibles, pour autant que les règles de désinfection – des personnes et des machines – soient respectées à la lettre.

Réduire la zone de recherche

« Nous avons défini une zone volontairement large pour ensuite pouvoir la réduire », ajoute le cabinet de René Collin selon qui la priorité, « c’est de retrouver les individus contaminés et/ou morts afin de définir plus précisément la zone infectée ». Les carcasses découvertes seront exclusivement enlevées par une équipe spécialisée.

La chasse a en outre été interdite jusqu’au 15 octobre en vue d’éviter une dispersion des populations sangliers et ainsi faciliter les recherches. Il en va de même du nourrissage. Ces mesures, comme les précédentes, couvrent les 63.000 ha de la zone de protection.

Le travail en forêt reste autorisé mais en prenant toutes les précautions pour éviter la propagation du virus en procédant à la désinfection des machines, chaussures, etc. Les mêmes précautions sont d’usage pour les travaux aux champs à proximité des zones forestières.

Outre les deux carcasses retrouvées jeudi à Etalle, dont les analyses ont confirmé que les bêtes étaient atteintes de la peste porcine africaine, un troisième sanglier, âgé de 6 mois à un an et qui présentait un comportement anormal, a été abattu.

Protéger les éleveurs

Quant aux éleveurs de porcs, ils vont être suivis de près par l’Afsca, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, qui a annoncé une série de mesures de confinement destinées à éviter les contacts entre l’extérieur et l’intérieur des exploitations.

Le direct

Le direct