Transport et transfert des pommes de terre: les planteurs cherchent à augmenter la qualité et le rendement des chantiers

Il y a quelques années, le transbordement de la pomme de terre au champ ne prenait guère en compte le nettoyage de la récolte. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, d’autant que les exigences des acheteurs deviennent pressantes.
Il y a quelques années, le transbordement de la pomme de terre au champ ne prenait guère en compte le nettoyage de la récolte. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, d’autant que les exigences des acheteurs deviennent pressantes. - TD

Quel est le souhait du planteur et de l’acheteur à la récolte et plus tard ? Avoir une marchandise transportée et engrangée aussi propre et aussi vite que possible. La qualité du produit ne peut cependant pas être négligée, le rendement de chantier non plus. On note aussi le souhait d’automatiser autant que possible les diverses opérations pour diminuer le besoin de main-d’œuvre.

Des trémies toujours plus volumineuses...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite

Je suis abonné au journal Le Sillon Belge:


j'ai déjà d'un compte en ligne
Je me connecte

Je n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct