Accueil Economie

Un mémorandum et une plateforme pour soutenir le développement de l’accueil social à la ferme en Wallonie

Début de l’automne, le Réseau wallon de Développement rural et Accueil champêtre en Wallonie, en collaboration avec la coopérative Cera, présentaient le « Mémorandum pour le développement de l’accueil social à la ferme en Wallonie », à la ferme du Planois, à Hennuyères. La création d’une plateforme régionale pour l’accompagnement des initiatives de ce type a également été évoquée.

Temps de lecture : 4 min

Ce « Mémorandum pour le développement de l’accueil social à la ferme en Wallonie » a été réalisé par les principaux acteurs du secteur. Depuis septembre 2015, un groupe de travail, constitué notamment des bénéficiaires de la mesure 16.9 du Programme wallon de Développement Rural (PwDR) ainsi que de personnes et d’organismes ressources, s’est constitué afin d’identifier les freins et les leviers au développement de l’agriculture sociale au sud du pays. Les travaux ont abouti à un mémorandum émis en juillet 2018.

L’accueil social, c’est quoi ?

Le mémorandum définit notamment l’accueil social à la ferme : « un accueil dans une ferme familiale, destinée à des personnes fragilisées pour des raisons sociales, familiales ou de santé, qui a pour finalité l’amélioration du bien-être de ces personnes ». Le texte parle aussi « d’utilisation du cadre et des ressources agricoles ou horticoles, afin d’améliorer le bien-être social, physique et mental des personnes ». La notion de ferme s’applique aussi à des structures associatives de production agricole à finalité sociale. Il aborde également les formes de partenariat tripartite, d’organisation et d’accueil, les bénéfices pour les acteurs, les freins au développement, les besoins d’encadrement mais aussi de développement et de pérennisation de ce secteur émergent.

Un cadre et des échanges

L’enjeu du projet est de lever les freins au développement de telles initiatives en mettant, notamment, en place un cadre législatif qui soutient la reconnaissance de la fonction d’accueil social des fermes, en définissant les modalités d’accompagnement des publics accueillis, en favorisant les échanges entre acteurs de l’accueil social, mais aussi en informant et en sensibilisant le grand public et les acteurs-clés sur les bénéfices de l’accueil social à la ferme et l’intérêt de son développement en Wallonie.

Les perspectives de développement

Du point de vue législatif, une réflexion est en cours (reconnaissance de l’activité, agréments accessibilité tous publics, protection juridique et des risques…). Une première avancée par la modification du Code wallon de l’Agriculture ouvre une porte à la reconnaissance de l’accueil social dans les fermes, à travers la notion plus large d’« accueil social rural ». Elle offre également la perspective à des « structures d’accueil social rural » et à des « services d’accompagnement à l’accueil social rural » d’être agréés pour leurs activités, voire subsidiées.

En matière d’accompagnement, la demande des acteurs est de mettre sur pied un système simple et souple organisé à plusieurs niveaux : la mise en place d’une structure de coordination régionale et d’antennes locales directement en contact avec les porteurs de projets d’accueil social à la ferme.

« Agriculture et social, une alliance qui a du sens »

Lors de la présentation du Mémorandum, Accueil champêtre en Wallonie et Cera ont, par ailleurs, ouvert des perspectives avec le lancement d’une plateforme régionale d’accompagnement à l’accueil social à la ferme en Wallonie. Ce projet, intitulé « Agriculture et Social, une alliance qui a du sens », doit durer 3 ans et vise à développer une panoplie de services afin de renforcer les acteurs ruraux qui souhaitent se lancer dans l’accueil social à la ferme. La plateforme développe un programme ambitieux de conseil et de formation, de mise en réseau, de « matching » entre l’accueillant et l’accueilli, d’information, de sensibilisation et promotion via divers outils et de représentation auprès des autorités compétentes.

Depuis novembre 2017, la plateforme s’est consacrée à plusieurs de missions dont la mise en place d’un cadre législatif et juridique adapté et sécurisé ; l’information et la sensibilisation des agriculteurs, des structures sociales et de santé et du grand public par le biais de séances d’informations ; l’inventaire des agriculteurs intéressés ou pratiquant l’accueil social et leur mise en réseau ; la mise en place du premier cycle de formation sur « l’accueil social à la ferme et à la campagne » à destination des agriculteurs et agricultrices ; la mise en contact de bénéficiaires et structures sociales et de santé avec des agriculteurs accueillants ou inversement, notamment en collaboration avec les projets de la Mesure 16.9 du PwDR, l’asbl Nos Oignons et le GAL des Plaines de l’Escaut ; et enfin, le développement progressif d’outils communs.

« De nombreux défis sont encore à relever, le plus important étant celui de la pérennisation des initiatives d’accueil social à la ferme en Wallonie et de leurs structures d’accompagnement après 2020, date à laquelle les projets de soutien existants actuellement ne seront plus soutenus financièrement », expliquent les représentants de l’asbl.

A lire aussi en Economie

La FWA victime de cyber-criminels qui pensaient s’en prendre au SPW

Economie La Fédération wallonne de l’agriculture (FWA) a été victime d’une cyber-attaque signée du collectif de hackers 8Base, confirme-t-elle mardi après-midi. Les cyber-criminels revendiquent de leur côté avoir piraté le site du Service public de Wallonie (SPW), ce que dément l’administration wallonne.
Voir plus d'articles