Prendre du temps pour un bonheur simple

Prendre du temps pour un bonheur simple

On inspire bien fort et on oublie ! On oublie que 2018 a été la pire année agricole depuis 2013 (p. 22). On oublie que notre secteur subit quotidiennement une pression sociétale et économique à la limite du supportable. On oublie que notre gouvernement n’existe (presque)plus. On oublie que nombre de nos représentants politiques pensent davantage à leur réélection qu’au bien commun. On oublie que des âmes malveillantes sèment la terreur à travers le monde… On se concentre sur nos familles et l’essentiel, sur ce qui nous fait et nous fera toujours tenir debout. On se délecte du temps...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct