Accueil Equipements

Au Sima, très léger recul du nombre de visiteurs

La 77e  édition du Mondial des fournisseurs de l’agriculture et de l’élevage (Sima) a refermé ses portes le 2 mars dernier après avoir accueilli 232.000 visiteurs, dont 23 % d’internationaux, durant cinq jours. Par rapport à l’édition 2015, le nombre d’entrées accuse un recul de 3 %. 1.770 entreprises en provenance de 42 pays étaient également présentes.

Temps de lecture : 2 min

Malgré le contexte actuel difficile, les professionnels du monde agricole s’étaient donné rendez-vous à Paris avec la volonté d’envisager l’avenir de façon réaliste et optimiste. Le pari semble réussi. Ainsi, Yoann Marchand, responsable communication et promotion des ventes de Massey Ferguson France, a noté « un climat satisfaisant, inattendu en cette période compliquée, et un visitorat aux profils et aux projets intéressants, en quête de solutions technologiques ».

Avec la thématique « Être agriculteur dans 10 ans », le Sima a proposé de nouveaux rendez-vous tel que le Village Start-up. Celui-ci regroupait des jeunes sociétés présentant des solutions en phase avec un secteur agricole en pleine mutation. Les différents ateliers (les objets connectés, la distribution agricole de demain…) qui y étaient proposés ont été plébiscités par le public.

Deux autres événements ont vu le jour en 2017. D’une part, le Sima Dealer’s Day-ting visant à faciliter les rendez-vous entre exposants et concessionnaires du monde entier. D’autre part, le Sima African Summit, qui a réuni professionnels du monde agricole, exposants, institutionnels et opérateurs privés africains. Tous deux sont d’ores et déjà reconduits pour l’édition.

Quant au Simagena, véritable vitrine de l’innovation en génétique, il a une nouvelle fois été le lieu de rencontres et de business des filières bovines française et internationale, entre ventes aux enchères et concours.

A lire aussi en Equipements

Renouveler sa phytolicence, comment ça marche?

Cultures Réservée à un cadre professionnel, la phytolicence, en fonction de son type (P1, P2, P3 ou NP), permet aux agriculteurs de stocker, d’acheter, d’utiliser ou de conseiller des produits phytopharmaceutiques. Celle-ci expirée, il vous sera interdit d’en faire quoi que ce soit. Vous vous retrouvez dans ce cas de figure et souhaitez renouveler votre document arrivé à échéance ? Voici la marche à suivre.
Voir plus d'articles