Accueil Equipements

Réduire la dérive grâce à l’assistance d’air

L’assistance d’air, sur une rampe de pulvérisation, n’est pas une innovation récente. C’est en effet en 1987 qu’Hardi a développé sa technologie Twin. Si les résultats commerciaux n’étaient pas aussi élevés qu’espérés, tout pourrait changer dans les années à venir en raison d’une préoccupation croissante en matière de lutte contre la dérive.

Temps de lecture : 3 min

Mise sur le marché en 1987, la technologie brevetée de pulvérisation à assistance d’air Hardi Twin a connu de nombreuses mises à jour au fil des années. Toutefois, son concept est toujours resté le même.

La rampe de pulvérisation est équipée d’une tuyère en matière synthétique et d’une ou deux turbines, selon sa largeur de travail, actionnée(s) par un circuit hydraulique. Le flux d’air généré par les turbines tout le long de la tuyère permet de propulser les gouttelettes de pulvérisation tout en réduisant leur dérive.

Le débit de l’assistance d’air (de 0 à 2.000 m³/h/m) est à ajuster selon la vitesse du vent, le choix des buses, la densité et la taille de la culture ou la cible à atteindre (épi, plante entière ou sol nu). Concernant ce dernier point, le flux d’air ouvre la culture, ce qui permet d’atteindre les étages inférieurs.

La rampe est également dotée d’un moteur électrique permettant d’ajuster son inclinaison vers l’avant ou l’arrière et, par conséquent, l’inclinaison du flux d’air et des buses. L’orientation du jet de pulvérisation peut ainsi être adaptée aux conditions de travail (direction du vent, vitesse d’avancement et type et taille de la culture).

Cette turbine constitue le cœur  du système Twin.
Cette turbine constitue le cœur du système Twin. - J.V.

Le débit des turbines et l’angle d’inclinaison de la rampe sont réglables en continu depuis le terminal installé en cabine. Ainsi, l’utilisateur peut facilement adapter les réglages selon les conditions rencontrées.

Les rampes équipées du système Twin sont disponibles en largeur de travail jusqu’à 15 m sur les pulvérisateurs portés (une turbine) et jusqu’à 36 m sur les modèles traînés et automoteurs (deux turbines).

Augmenter le temps et la vitesse de travail

Selon Hardi, le système Twin présente divers avantages. Tout d’abord, il permet d’augmenter la vitesse de travail sans pour autant accroître la dérive. L’utilisateur dispose également d’une plus longue plage de travail. L’assistance d’air permet, en effet, de travailler dans des conditions plus venteuses, non accessibles à un pulvérisateur traditionnel ne pouvant contrer la dérive de la même manière.

Le débit de chantier serait plus important et ce, pour deux raisons. Premièrement, la technique permet de réduire l’utilisation d’eau et, donc, le temps passé au remplissage du pulvérisateur. Ensuite, la couverture et la pénétration des produits dans la culture seraient meilleures en raison de la pulvérisation de gouttes plus petites et plus nombreuses. Sur le plan économique, une réduction de l’usage des produits phytopharmaceutiques allant jusqu’à 30 % est évoquée. Toutefois, avertit le constructeur, disposer du système Twin ne doit pas faire oublier les bonnes pratiques de pulvérisation. Il convient de poursuivre ses observations au champ, de rester attentif aux modèles prévisionnels… afin d’agir au moment opportun, pour une meilleure efficacité de traitement et un moindre impact sur l’environnement.

J.V.

A lire aussi en Equipements

Renouveler sa phytolicence, comment ça marche?

Cultures Réservée à un cadre professionnel, la phytolicence, en fonction de son type (P1, P2, P3 ou NP), permet aux agriculteurs de stocker, d’acheter, d’utiliser ou de conseiller des produits phytopharmaceutiques. Celle-ci expirée, il vous sera interdit d’en faire quoi que ce soit. Vous vous retrouvez dans ce cas de figure et souhaitez renouveler votre document arrivé à échéance ? Voici la marche à suivre.
Voir plus d'articles