Un bien commun et reconnu

Un bien commun et reconnu

Depuis l’issue des élections présidentielles américaines, il faut bien avouer que les déclarations de la Maison Blanche ne sont pas du genre à soulever l’enthousiasme. Les premières mesures annoncées dans une forme théâtralisée à l’extrême sont plutôt de nature à susciter l’incompréhension, le désarroi, lorsque ce n’est pas une vraie inquiétude. Dans des premières semaines de ce calendrier dissonant, la date du 13 mars dénote donc positivement, qui marque l’adhésion des États-Unis au Traité international sur les ressources génétiques des...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct