Trieur optique Tomra: moins de personnel, plus de qualité pour la production de choux de Bruxelles

Trieur optique Tomra: moins de personnel, plus de qualité pour la production de choux de Bruxelles

On aime le rappeler, le choux de Bruxelles est une spécialité belge. Né en 1685, il proviendrait de la commune de Saint-Gilles et serait le résultat d’un hybride de chou. Il ne doit donc pas son nom au hasard.

La production de choux de Bruxelles est depuis quelques années en hausse. On lui attribue les vertus d’un super-aliment. On voit même réapparaître de nouvelles variétés rares, comme les choux de Bruxelles de teinte violette et les choux de Bruxelles fleuris qui donnent de l’allure et de l’originalité aux tables de réceptions. La demande reste néanmoins saisonnière, c’est un légume que l’on consomme plutôt l’hiver.

Servir la grande distribution et les transformateurs

Issue d’une exploitation agricole familiale spécialisée dans ce légume, c’est en 2008 que Trypol Pack est créée en vue de commercialiser sa récolte non plus seulement en vrac vers les industriels de l’agroalimentaire, mais également, vers le marché du frais, conditionnés en filet. Ce conditionnement lui a permis de s’adresser à la grande distribution qui constate moins de pertes qu’en vrac. De plus, l’emballage allonge la durée de conservation du produit.

La production est aujourd’hui exportée sur 3 marchés limitrophes : en France et aux Pays-Bas et en Allemagne. L’export représente 80 % des débouchés, contre 20 % sur la Belgique.

La récolte débute en septembre pour le marché du frais. En novembre, elle s’oriente plutôt vers les clients de l’industrie agroalimentaire pour les surgelés ou la conserve. Les calibres de plus de 30mm sont destinés au marché du frais. Les plus petits choux, entre 15 et 35 mm, vont vers les industriels. La combinaison des deux débouchés permet d’optimiser la récolte et les process de production.

Avec le tri optique, moitié moins de personnel sur les lignes de production.

En 2017, Tryvan installe une première machine de tri optique Tomra. Ce trieur a une capacité de 10 tonnes/h.

« Nous voulions automatiser autant que faire se peut. Car il est difficile de trouver du personnel, le travail de tri est vraiment fastidieux et délicat », explique Evelien Vanlerberghe, de Tryvan. « Nous utilisons un trieur optique Tomra pour détecter et éjecter les produits impropres à la vente, les cailloux, et autres impuretés du flot de récolte. »

Elle poursuit : « La machine nous a permis de réduire l’effectif : nous avions une quinzaine de personnes sur la ligne de production, il ne nous en faut aujourd’hui plus que 8. »

La machine de tri optique permet de garantir un niveau de qualité supérieur. Le tri optique est plus efficace que l’œil humain qui se fatigue et fait des erreurs.

La machine est facile à utiliser. Différents programmes ont été installés, on peut lancer celui que l’on veut en quelques secondes depuis l’écran tactile, selon ce qui nous arrive des champs, les couleurs et caractéristiques des choux étant différentes selon les variétés, choux de Bruxelles, choux à feuilles, choux pourpres. C’est très simple, facile à manipuler, et il a toujours le service Client en cas de besoin.

Tryvan prévoit d’investir dans une nouvelle machine de tri optique pour traiter directement la récolte au champ. Cela permettra de s’assurer de la pureté du flux rapporté des champs. Le processus sera ainsi plus efficace.

Le direct

Le direct