Découverte du métier de tisanière: «Simple et Sauvage»,les tisanes artisanales gaumaises

Une vingtaine de plantes médicinales et aromatiques sont cultivées par la jeune tisanière, en partie sur buttes de culture. Des lieux d’accueils pour la faune et la flore sauvage sont aménagés sur les 45 ares de terrain.
Une vingtaine de plantes médicinales et aromatiques sont cultivées par la jeune tisanière, en partie sur buttes de culture. Des lieux d’accueils pour la faune et la flore sauvage sont aménagés sur les 45 ares de terrain.

Bio-ingénieur passionnée par la nature, c’est à la suite d’une formation d’herboristerie à Arlon que Marie-Hélène Zinque franchit le pas d’acheter un terrain de 45 ares à Torgny pour lancer son activité de tisanière au printemps 2017. L’idée est de permettre aux consommateurs de se soigner de façon naturelle en utilisant des ressources locales. Sa gamme de 6 tisanes actuellement commercialisée est composée d’une dizaine de plantes sauvages (aubépine, sureau, ortie, feuilles de bouleau, etc.) et d’une vingtaine de plantes cultivées (mauve,...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct