Belgapom veut apprendre aux Chinois à aimer les frites et à en manger

Belgapom veut apprendre aux Chinois à aimer les frites et à en manger

Les autorités chinoises veulent d’elles-même consacrer plus d’attention à la pomme de terre, sa culture étant bien plus durable que celles du riz et du blé. Elle nécessite moins d’eau, et moins d’espace. Pour la Belgique, c’est une chance unique de partager avec les Chinois les connaissances, l’expertise et le savoir-faire que nous avons développés autour de la pomme de terre, selon Romain Cools, de Belgapom. Il y a également une carte à jouer en termes d’exportation. La Belgique est déjà le premier exportateur de frites surgelées au monde, mais les envois vers la Chine sont limités et...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct