Accueil Cultures

L’association de froment et pois protéagineux d’hiver: une culture innovante et productive en plein élan

Dans la continuité des itinéraires techniques mis au point à ULG-Gembloux Agro-Bio Tech, la culture associée de froment d’hiver et de pois protéagineux d’hiver est actuellement en pleine phase de développement en grande culture.

Temps de lecture : 3 min

La mise au point concrète de la culture en association de froment et de pois protéagineux d’hiver, comme diversification de nos rotations» vient d’être primée par L’Institut Phytofar pour l’agriculture durable. Portée par Jérôme Pierreux, Pierre Delaplace, Benjamin Dumont et Bernard Bodson de ULg-Gembloux Agro-Bio Tech, cette innovation consiste à cultiver en association étroite, du froment d’hiver et du pois protéagineux d’hiver pour les moissonner ensemble.

«Cette culture permet la production sûre, sécurisée et durable de quantités de matière sèche équivalentes à celles produites par les deux cultures pures, en améliorant le rendement en protéines», indique Jérôme Pierreux.

«La mise au point de cette culture associée se traduit sous la forme de débouchés concrets, et présente de nombreux atouts, assure Jérôme Pierreux.
«La mise au point de cette culture associée se traduit sous la forme de débouchés concrets, et présente de nombreux atouts, assure Jérôme Pierreux. - M. de N.

Et de poursuivre: « De manière générale, face au nombre limité de matières actives agréées à la fois en céréales et en pois, il sera important de réaliser dès le départ, un bon choix variétal. L’optimisation des performances et la sécurisation de l’état sanitaire peuvent être obtenues moyennant l’intégration de moins de la moitié des intrants intégrés en culture pure et ce tant au niveau de la fumure azotée que des intrants phytosanitaires. »

L’automne dernier et grâce à l’initiative de groupes tels que Walagri, près de 170 ha ont été semés sous contrat. Différents débouchés s’offrent en effet à cette production. Le mélange de grains peut être directement utilisé à la ferme pour l’alimentation des animaux. Hors exploitation, les fabricants d’aliments peuvent l’intégrer dans des rations animales en particulier pour les monogastriques et dans le cadre de productions différenciées. Les grains des deux espèces peuvent être séparés par triage et valorisés pour le froment en meunerie et pour le pois par exemple pour l’extraction des protéines végétales de type non-OGM par bioraffinage. L’intérêt économique de ce type de culture est également accentué par l’attribution de primes MAEC.

Les prix de l’Institut Phytofar

L’Institut Phytofar a décerné, le 19 novembre, trois prix à des projets contribuant à l’agriculture durable.

Le prix scientifique est attribué au projet brièvement décrit ci-dessus, « La culture en association de froment et de pois protéagineux d’hiver : une possibilité de diversification de nos rotations pour une agriculture durable ».

Le prix professionnel revient au projet consacré à « l’optimalisation de la lutte intégrée : le compteur d’impact pour les effets secondaires sur les insectes utiles dans le verger », de Femke De Vis, Tim Beliën et Dany Bylemans de PCfruit, en Flandre.

Et enfin, le prix doctorat a été remporté par le projet portant sir « l’étude du mode d’action du COS-OGA, une nouvelle classe d’éliciteur de l’immunité innée des végétaux », de Géraldine van Aubel et Pierre Van Cutsem de l’Université de Namur.

A lire aussi en Cultures

Lutter contre la jaunisse, une approche en quatre phases

Betteraves La jaunisse virale constitue un véritable problème en betteraves sucrières, accentué par la disparition des enrobages de semences à base de néonicotinoïdes. Pour minimiser l’impact de cette maladie, une stratégie reposant sur quatre piliers doit être adoptée, dans l’attente de voir de nouvelles solutions émerger.
Voir plus d'articles