Suspension temporaire des contrôles sur les produits phytopharmaceutiques

Suspension temporaire des contrôles sur les produits phytopharmaceutiques

«L’objectif est toujours d’avoir une législation environnementale qui soit ambitieuse, mais mise en oeuvre de façon pragmatique», a expliqué la ministre. «Nous allons voir comment nous pouvons adapter concrètement les contrôles sur le terrain, pour faire en sorte que la charge administrative qui pèse sur les agriculteurs soit un peu allégée. Cela concerne, par exemple, les critères relatifs aux locaux où sont stockés les PPP».

«Une réunion est prévue la semaine prochaine avec l’administration. Nous allons vérifier ce qui est réaliste ou non et nous adapterons les points de contrôle dans les prochaines semaines», a-t-elle ajouté.

«Il y a eu 18 contrôles fin 2019 et 17 exploitations ont reçu un avertissement. Cela veut dire qu’il y a un réel souci dans ce qui nous est demandé», a réagi Philippe Duvivier, président de la Fugea. «C’est une très bonne chose que la procédure soit gelée. Il faut maintenant poursuivre les discussions pour que les contrôles correspondent à la réalité qui est la nôtre. Par exemple, on nous demande une attestation des pompiers pour stocker 5, 10 ou 20 litres de produit dans un local. Cela nous prend du temps ainsi qu’aux pompiers. Avec tous les autres contrôles auxquels nous devons nous soumettre, notamment auprès de l’Afsca, la charge de travail est trop importante. Cela a aussi un coût qui est difficilement supportable.»

Le direct

Le direct