Green deal: les ministres de l’Agriculture de l’UE s’inquiètent des conséquences pour le secteur

S’ils disent souscrire aux grandes lignes des stratégies « de la ferme à la table » et « biodiversité » que vient de présenter la Commission européenne, les ministres de l’Agriculture de l’UE ont aussi des craintes quant à leur impact sur la compétitivité agricole. Une de leurs principales inquiétudes concerne la concurrence déloyale des importations de produits alimentaires venant de pays tiers qui n’appliqueraient pas les nouveaux standards environnementaux européens.
S’ils disent souscrire aux grandes lignes des stratégies « de la ferme à la table » et « biodiversité » que vient de présenter la Commission européenne, les ministres de l’Agriculture de l’UE ont aussi des craintes quant à leur impact sur la compétitivité agricole. Une de leurs principales inquiétudes concerne la concurrence déloyale des importations de produits alimentaires venant de pays tiers qui n’appliqueraient pas les nouveaux standards environnementaux européens. - M. de N.

Les États membres s’inquiètent en particulier des objectifs très ambitieux en matière de réduction de l’usage et des risques liés aux pesticides (-50 %), de diminution du recours aux engrais et antibiotiques (-50 %) ou de surfaces rendues à la nature (10 %) et se posent des questions sur le recueil des données et le point de départ de ces objectifs. La commissaire européenne à la Sûreté alimentaire, Stella Kyriakides, a précisé que lorsque des objectifs réellement contraignants seront fixés – pour les pesticides, les engrais...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct