Un essai de culture de lin pour l’alimentation animale jugé concluant à Roselies

Un essai de culture de lin pour l’alimentation animale jugé concluant à Roselies

Le projet de la coopérative, qui compte une centaine d’éleveurs en bio ou en conventionné, est de parvenir à l’autonomie fourragère pour la production de viande. Cela nécessite notamment d’implanter en Belgique la culture de lin en vue de l’alimentation animale. Jusqu’ici l’essentiel du lin utilisé en Belgique pour l’alimentation animale provient du Canada. Par hectare, les deux agriculteurs ont récolté quelque 2,1 tonnes. Dans les mois précédant leur abattage, dans la période dite de finition, les bêtes consomment chacune environ quelque 20 kilos de lin....

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct