Atteinte à l’Amazonie: au Brésil, déforestation record…

La vue ci-dessus est comme l’arbre qui cache la forêt. En réalité, la destruction de la partie brésilienne de l’Amazonie s’est encore accélérée, durant ces derniers mois, constate l’Inpe!
La vue ci-dessus est comme l’arbre qui cache la forêt. En réalité, la destruction de la partie brésilienne de l’Amazonie s’est encore accélérée, durant ces derniers mois, constate l’Inpe!

Le déboisement de l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale au monde, a atteint un record après une hausse semestrielle de 25 %, a annoncé le 10 juillet un institut brésilien, en ce début de saison sèche qui va marquer la reprise des incendies.

La déforestation de la partie brésilienne de l’Amazonie, soit 60 % de la forêt, a touché 3.069 km2, le chiffre le plus élevé depuis la compilation de ces données, a annoncé l’Institut national brésilien des recherches spatiales (Inpe). Cela représente une hausse de 25 % par rapport à la période de janvier à juin 2019.

Quant au seul mois de juin, qui marque le début d’une saison sèche s’étendant jusqu’en octobre, il a lui aussi été marqué par un record avec 1.034 km2 déboisés (+ 11 %), selon les données dudit Inpe recueillies par satellite.

La déforestation est principalement provoquée par les coupes illégales pour l’industrie du bois, l’extraction minière et les activités agricoles.

Les données de cet institut font état, pour chaque mois depuis janvier, d’une hausse de la déforestation par rapport au même mois de l’an dernier, en dépit d’une présence militaire en Amazonie et des pressions internationales.

Le président brésilien Jair Bolsonaro avait décrété en mai l’envoi de troupes en Amazonie et devrait, la semaine prochaine, interdire les brûlis agricoles pendant les quatre mois qui couvrent la saison sèche, a indiqué son cabinet.

… avec de lourdes conséquences sur la légalité des exportations agroalimentaires

Un cinquième des exportations brésiliennes de soja et de viande bovine vers l’Union européenne proviendrait de terres déboisées illégalement, révèle une étude publiée le 16 juillet par la revue Science. Entre 18 et 22 % – et possiblement davantage – des exportations annuelles du Brésil vers l’UE sont le fruit de la déforestation illégale, affirme cette étude qui estime que près de deux millions de tonnes de soja issues de propriétés où il y a eu un déboisement illégal arriveraient en Europe chaque année.

Une affirmation que réfute l’Abiove, Association brésilienne des industries des huiles végétales : « Le soja produit dans les zones déboisées illégalement n’entre pas dans la chaîne productive du secteur », et ne peut donc pas être exporté.

Et pour ce qui est de la viande bovine, les auteurs de l’étude considèrent que sur les 4,1 millions de têtes de bétail abattues par an au Brésil, au moins 500.000 proviendraient de terres déboisées hors du cadre légal.

La Commission européenne a adopté en juillet 2019 une communication sur « l’action de l’UE pour protéger et restaurer les forêts du monde entier » qui entend, entre autres, lutter contre la déforestation importée. Et dans le cadre du Green deal européen d’autres actions pourraient être mises en œuvre.

Le direct

Le direct