Accueil Céréales

Céréales à paille: un cru belge 2020 très contrasté!

Moins 15 %, telle est la baisse de la production céréalière dans notre pays, par rapport à l’an dernier, selon la fédération des grains, Fegra qui compte notamment Synagra dans ses rangs.

Temps de lecture : 2 min

Une évaluation quantitative et qualitative de la récolte belge 2020 des céréales à paille (à l’exclusion du maïs) a été réalisée par la fédération nationale des grains sur la base des chiffres provisoires des déclarations de superficies et des rendements estimés lors d’un sondage auprès de ses membres.

« La récolte de cette année se caractérise par des situations contrastées selon la localisation des parcelles », indique Fegra. « Une pluviométrie hivernale abondante, principalement en février/début mars, une sécheresse printanière exceptionnellement longue, des pluies en juin et des épisodes caniculaires en été, caractérisent les conditions climatiques de 2020. »

Par rapport à 2019, considérée comme une très bonne année, les rendements de cette année sont en baisse de 12 % (- 5 % par rapport à la moyenne quinquennale) et très hétérogènes selon le type de sol.

La superficie céréalière a reculé de 2,5 % et le volume total de céréales collectées estimé provisoirement à 2.304.891 tonnes s’affiche en retrait de 15 % par rapport à l’an dernier.

Fegra indique encore que les grains récoltés cette année se caractérisent par de très bonnes valeurs technologiques (indice Hagberg et poids à l’hectolitre) et une bonne qualité. Les niveaux en protéines du blé panifiable sont un peu plus élevés qu’en 2019, la grande majorité étant comprise entre 10,5 et 12 %.

Enfin, le niveau de contamination par les mycotoxines a été très limité grâce aux conditions météorologiques qui ont entravé le développement de la fusariose.

A lire aussi en Céréales

Dois-je alléger mon programme de désherbage des céréales?

Céréales Les conditions météorologiques de l’automne dernier ont, et c’est peu de le dire, compliqué la récolte des cultures de printemps. Les semis de céréales, quand ils ont pu avoir lieu, s’en sont retrouvés fortement retardés. Le début de l’hiver ne fut guère plus favorable, ce qui a pu impacter les levées. Actuellement, il n’est donc pas rare d’observer de l’hétérogénéité entre les parcelles mais également au sein d’une parcelle. L’accès aux terres est encore très difficile.
Voir plus d'articles