Au potager: la rhubarbe, au repos, avant un nouveau départ!

Pour maintenir une belle production sur plusieurs années, il est préférable de changer la culture de place après 5 ou 6 années de récolte.
Pour maintenir une belle production sur plusieurs années, il est préférable de changer la culture de place après 5 ou 6 années de récolte.

Si nous ne disposons pas encore de plant sde rhubarbe, nous pouvons profiter de cette période pour aménager l’espace qui accueillera la plantation dès le printemps prochain.

Les variétés

Plusieurs variétés sont disponibles dans les catalogues de jardinage. Goliath est une variété classique, elle convient bien dans la plupart des situations belges. Frambozenrood et Timperley Early conviennent bien pour des productions précoces, elles peuvent être plantées sous l’abri d’une serre tunnel. Versteeg et Cawood Deligh sont bien également.

Un sol bien drainé

La culture s’installe dans la plupart des sols cultivables de chez nous pourvu que le drainage soit correct. Dans les sols qui restent très humides en hiver, nous pouvons planter les rhubarbes sur une large butte surélevée par rapport au niveau original du sol. L’objectif est d’éviter que les racines ne restent dans un sol gorgé d’eau où elles risquent de pourrir. Les buttes sont surélevées de 0,25 m et font 1 m de largeur au sommet.

Au printemps, les bourgeons démarrent leur croissance pour rapidement produire les feuilles dont nous récoltons les pétioles.
Au printemps, les bourgeons démarrent leur croissance pour rapidement produire les feuilles dont nous récoltons les pétioles. - F.

La situation au potager

La rhubarbe peut être plantée en exposition ensoleillée ou à mi-ombre. Lors des derniers étés, les situations à mi-ombre étaient les meilleures pour ne pas devoir apporter de l’eau durant les longues périodes de sécheresse.

Quelle rotation ?

La rhubarbe reste plusieurs années à la même place. Plusieurs espèces de nématodes peuvent s’y développer. Tant que la culture reste à sa place, il n’y a guère de soucis. Par contre, si nous replantons des jeunes plants aux endroits infestés, si nous y produisons des plants, si des pieds sont retirés pour être placés en conteneurs en vue d’un forçage, la présence de ces nématodes aura un impact certain.

Pour éviter ces problèmes, essayons de changer l’emplacement des rhubarbes après 6 années de culture. Une bonne alternative est de changer la terre en échangeant avec de la terre du potager. Un volume d’au moins 4 brouettes de terre indemne sera placé à l’endroit du nouveau plant.

Une fumure organique bien utilisée

Les apports organiques de fumier ou de compost seront bien valorisés par cette culture en se basant sur des apports de 4 kg de compost bien décomposé par m² avant la plantation. Un apport semblable est conseillé tous les deux ans, il sera disposé en hiver, en surface.

La plantation…

Les plants certifiés peuvent être achetés en jardineries pour démarrer la culture. Nous pouvons aussi facilement produire nos propres plants au départ de graines. Nous plantons en automne ou au printemps pour espérer une récolte deux années plus tard.

Nous plantons de manière telle que les bourgeons de croissance foliaires émergent tout juste du sol. La densité est de 1,5 plant /m², avec des distances de plantation qui varient de 0,75 x 0,90 m à 0,45 x 1,50 m.

… ou la multiplication par éclats de souches

Il est aussi possible de multiplier la rhubarbe par éclats de souches. C’est une technique aisée et qui convient bien pour les amateurs.

Nous commençons par dégager le pourtour du plant qui servira de pied mère. Nous dégageons la terre sur une profondeur d’environ 20 cm. Nous repérons les points de croissance qui donneront les futures productions de feuilles. Le pied mère idéal est pourvu de plusieurs centres de croissance. À l’aide d’une bêche, nous scindons un ou deux points de croissance sur toute la profondeur de la souche. L’éclat récolté sera un nouveau pied, il sera planté dans de la terre n’ayant pas été cultivé de rhubarbe depuis une dizaine d’années au moins. La tranchée creusée autour du pied mère sera rebouchée avec de la bonne terre de jardin. La plaie de coupe cicatrisera vite.

Le pied mère continuera de produire dès l’année prochaine, avec des pétioles d’autant plus larges qu’ils sont moins nombreux par pied. Le jeune plant issu de l’éclat produira dans deux ans.

A la fin de l'été, les feuilles produisent les sucres qui alimenteront les réserves à partir desquelles la plante redémarrera l'année suivante.
A la fin de l'été, les feuilles produisent les sucres qui alimenteront les réserves à partir desquelles la plante redémarrera l'année suivante. - F.

Désherbage et compost

L’entretien consiste essentiellement en la maîtrise de l’enherbement et la fertilisation.

C’est en période hivernale que nous avons le plus facilement accès au sol. Nous en profitons pour le décompacter et pour extirper d’éventuelles plantes vivaces non désirées. Nous pouvons apporter une forte fumure à base de compost (2 kg par m² tous les ans ou le double tous les deux ans). Et puis, nous paillons largement pour garder le sol propre et faciliter l’accès aux pieds lors des récoltes estivales.

L’écimage

Au printemps, les rhubarbes peuvent produire une importante hampe florale au détriment du rendement en pétioles. Les hivers avec de longues périodes froides favorisent ce développement au printemps suivant. Les variétés précoces semblent plus sensibles. Il est préférable d’écimer au début de leur développement. La croissance des hampes florales réduit la production de pétioles récoltables.

Pour la fertilisation, nous pouvons apporter une forte fumure de l’ordre de 2 kg de compost par m² tous les ans ou le double tous les deux ans.
Pour la fertilisation, nous pouvons apporter une forte fumure de l’ordre de 2 kg de compost par m² tous les ans ou le double tous les deux ans. - F.

Maladies et ravageurs

La plante n’est pas très sensible aux maladies. La ramulariose (Ramularia rhei) peut se développer sur les sites humides et où la végétation est exubérante. La rouille (Puccinia phragmitis) se développe en certains sites où les phragmites (roseaux) sont présents à proximité de la parcelle. Le faux-mildiou (Peronospora jaaplane) peut se développer en année fraîche et humide.

Sur certaines parcelles, où le nématode des tiges et des bulbes (Dytilenchus dipsaci) s’est installé, les pétioles se déforment au cœur de la plante et pourrissent. Le respect d’une rotation prévient ces attaques. Pour ne pas infecter nos sols, ne plantons que des plants issus de semis ou provenant de jardineries professionnelles.

La période de repos végétatif

En automne, le feuillage se dessèche, le pied entre en repos végétatif. La période de froid est nécessaire pour vernaliser les pieds; elle se mesure en comptant la somme des degrés-froid quotidien sur la base de 10ºC. En plein air, chez nous, les besoins en froid sont satisfaits naturellement chaque hiver.

La quantité de froid est obtenue naturellement durant la période de repos hivernal. La question se pose pour les jardins où la rhubarbe est forcée, en serre, par exemple.

Une récolte échelonnée

La récolte se fait d’avril à juillet, au fur et à mesure des besoins ou en deux à trois récoltes complète par an. Nous décrochons les pétioles par torsion et coupons le limbe.

Pour la plupart des besoins du ménage, il est plus facile de disposer de pétioles de gros calibre. Pour les obtenir, veillons à remplacer la terre ou à déplacer les pieds de rhubarbe tous les 6 ans. Par ailleurs, n’oublions pas une forte fertilisation à base de compost mixte de jardin.

F

.