Vétérinaire urgentiste de la sécurité civile: l’importance de se former à intervenir dans les situations les plus délicates

Manipulation d’un mannequin de vache de 400kg lors de travaux pratiques.
Manipulation d’un mannequin de vache de 400kg lors de travaux pratiques. - Hugues Guyot

Si le sauvetage animalier fait depuis longtemps partie des missions des sapeurs-pompiers, ils reconnaissent toutefois la nécessité d’un vétérinaire formé pour les accompagner et les conseiller dans ces missions. C’est dans ce contexte que le vétérinaire urgentiste de la sécurité civile (Vusc) a toute son importance.

Se former pour mieux former

L’expérience française des vétérinaires sapeur-pompier (VSP), ainsi que la récente initiative des vétérinaires grand-ducaux (voir encart), a inspiré Hugues Guyot et son collègue et ami, Thomas Degand. « Si l’idée de créer une formation de vétérinaire urgentiste nous est venue en 2011, ce n’est qu’en 2017 que Thomas et moi avons pu concrétiser le projet en collaboration étroite avec l’Union professionnelle vétérinaire (UPV). Le fait que certains services de secours soient venus solliciter la collaboration de la faculté de médecine vétérinaire pour échanger des connaissances sur le sauvetage animalier nous a évidemment boostés. À partir de là, nous nous sommes formés (« Planu », médecine de catastrophe, téléanesthésie, sauvetage animalier avec les équipes spécialisées des pompiers de différents pays européens…). L’objectif ? Mettre en place le meilleur programme possible à la Faculté vétérinaire de Liège, pour engager ces praticiens correctement formés sur toute intervention délicate (urgente ou non), en collaboration avec les pompiers, la protection civile ou la police », explique Hugues Guyot.

Hugues Guyot en travaux pratiques: descendre dans une «cavité» pour remonter un jeune veau.
Hugues Guyot en travaux pratiques: descendre dans une «cavité» pour remonter un jeune veau. - Hugues Guyot

« Jusqu’ici, les zones de secours faisaient généralement appel au premier vétérinaire du coin. Mais celui-ci pouvait rapidement se sentir inapte voire dépassé lorsque les conditions d’intervention étaient difficiles, que du matériel spécifique était nécessaire. Il pouvait même parfois gêner les autres intervenants dans leur travail. » Raison pour laquelle il était nécessaire d’intégrer à la formation une partie commune avec les pompiers, de sorte de pouvoir comprendre la chaîne de commandement, de gérer une situation de crise/catastrophe, de comprendre l’organisation des secours… de savoir précisément où est sa place en vue de s’intégrer parfaitement dans l’opération en cours. »

En prenant la fuite, ces deux Haflinger ont causé des dégats dans des jardins de particuliers. Pour évite tout accident, ils ont été anesthésiés et ramenés chez leur propriétaire.
En prenant la fuite, ces deux Haflinger ont causé des dégats dans des jardins de particuliers. Pour évite tout accident, ils ont été anesthésiés et ramenés chez leur propriétaire. - Hugues Guyot

C’est en 2019 que le certificat universitaire voit le jour, avec le soutien de la Wallonie et différents services de secours. La formation est prévue pour des praticiens désireux d’apporter une expertise à la sécurité civile lors de situations urgentes où les animaux sont en danger ou présentent un danger pour d’autres animaux, pour l’homme ou pour l’environnement. Par ailleurs, le rôle dudit vétérinaire est aussi de soutenir les services de secours par des formations ou de la prévention. Il sera enfin amené à conseiller les autorités et services de secours en situation de catastrophe où les animaux sont impliqués directement ou indirectement, en première ligne ou en relais d’autres institutions.

Une formation multi-espèces

« Comme les participants viennent de tous horizons (petits et grands animaux, entreprise…), nous proposons une formation multi-espèces de manière à ce que tout un chacun puisse faire face à n’importe quelle situation. Durant les travaux pratiques, outre les mises en condition avec le sauvetage de grands animaux – ils doivent notamment manipuler un mannequin de vache de 400 kg –, la gestion de chiens dangereux, des mises en situation avec des NAC (nouveaux animaux de compagnie comme les serpents, araignées…), certains gestes techniques sont rappelés, comme l'intubation, le cathétérisme... sur des mannequins dans le SkillLab de la Faculté de Médecine Vétérinaire. Ils sont aussi formés à descendre en rappel dans des cavités pour aller chercher des animaux tombés, comme des veaux, des chiens… »

Un vétérinaire urgentiste doit pouvoir intervenir sur tous types d’animaux.
Un vétérinaire urgentiste doit pouvoir intervenir sur tous types d’animaux. - Hugues Guyot

Hugues énumère ensuite les situations les plus fréquentes pour lesquelles un vétérinaire urgentiste peut être appelé. « La plus fréquente : un animal qui tombe là où il ne devrait pas : un trou, un étang, une rivière… C’est surtout le cas des animaux de ferme. Ensuite, viennent les animaux en fuite, les incendies d’exploitation et les accidents de circulation – une bétaillère qui se retourne, par exemple –. Il nous arrive d’être appelés pour des animaux agressifs, comme un chien qui protège son maître inconscient et qui empêche les secours d’approcher la victime. »

Il n’est pas rare de devoir aller rechercher des animaux tombés dans des fosses à lisier, un exercice compliqué pour toute personne non formée.
Il n’est pas rare de devoir aller rechercher des animaux tombés dans des fosses à lisier, un exercice compliqué pour toute personne non formée.

Ces vusc sont donc tout à fait aptes à intervenir en ferme. Si un éleveur l'appelle, pour peu que le vétérinaire soit équipé et que le fermier aussi (par exemple avec un engin de levage), ils peuvent très bien sauver l'animal avec des moyens réduits, pour autant que la sécurité de chacun soit assurée (intervenants et victime).

En attente d’un statut fédéral…

Si la promotion 2020 a accueilli 20 étudiants, la seconde en cours en compte 14. « Pour des aspects pratiques, je crois qu’elle sera à l’avenir limitée à 12 participants. Ce sera d’autant plus enrichissant pour les travaux pratiques.

C’est un cursus de plus d’une centaine d’heures de cours, alliant théorie, pratique… Pourtant, si la formation jugée qualitative attire également des participants français et luxembourgeois, M. Guyot regrette qu’elle n’ait pas encore de statut reconnu par le gouvernement fédéral. « Nous visons un statut où le vétérinaire serait un expert volontaire de la protection civile. Nous sommes en attente de réponse mais ne désespérons pas puisque les vétérinaires payent eux-mêmes leur formation, reçoivent un équipement de protection individuel. Cela ne coûterait dès lors plus grand-chose à la protection civile d’inclure ces vétérinaires au sein de leur personnel. Un tel statut aiderait les autorités et services concernés à faire plus facilement appel aux vétérinaires en urgence, donnerait de la légitimité à ces derniers, une potentielle rémunération, des missions diversifiées, des équipements de protection individuelle homologués et une couverture en cas d’accidents. »

Il n’est pas rare de devoir aller rechercher des animaux tombés dans des fosses à lisier,  un exercice compliqué pour toute personne non formée.
Il n’est pas rare de devoir aller rechercher des animaux tombés dans des fosses à lisier, un exercice compliqué pour toute personne non formée. - Hugues Guyot

… pour se faire connaître

En découle un autre frein à lever : faire connaître l’existence de tels experts dans toutes les zones de secours de Wallonie et a fortiori de Belgique. « Il n’est pas rare que les pompiers fasse appel au premier vétérinaire qui se trouve dans l’annuaire, et qui n’est pas forcément formé. C’est d’autant plus dommage que des gens déjà opérationnels sont potentiellement disponibles ! », estime notre interlocuteur.

« Évidemment, il faudrait augmenter le pool afin que chaque zone de secours puisse trouver 7j/7 24h/ 24 du personnel disponible selon un rôle de garde, soit au grand minimum 5 personnes/ province pour une opérationnalité constante. Si au fil des ans, on arrive à multiplier ce nombre, par 4 ou 5, ce serait l’idéal pour couvrir au mieux le territoire et être certain d’avoir un ou plusieurs vétérinaires disponibles en permanence ! »

La désincarcération d’un animal blessé en toute sécurité.
La désincarcération d’un animal blessé en toute sécurité. - Hugues Guyot

« Mais c’est aussi auprès des vétérinaires que l’on doit se faire connaître. L’idée est qu’il puisse nous mettre en relation avec la protection civile, s’il ne peut lui-même intervenir. Nous réalisons un gros travail de promotion du certificat au niveau des vétérinaires par le biais du magazine de l’UPV, Veterinaria. Nous travaillons également à l’élaboration d’une liste de personnes à contacter selon les zones de manière à permettre à mettre les différents praticiens en contact en cas de besoin. Pour l’avenir, l’idée serait de pouvoir rendre accessible aux dispatchings 112 et 101 le listing complet des vétérinaires et de leurs coordonnées de manière à pouvoir faire intervenir le VUSC le plus proche du lieu d’intervention. Évidemment libre à eux d’appeler qui ils veulent… Toutefois si on a le choix pourquoi ne pas appeler quelqu’un de parfaitement formé, qui sait parfaitement comment interagir avec les services de secours et qui peut intervenir dans des situations délicates ?

Les incendies d'exploitation sont une cause fréquente d'intervention en hiver  pour les VUSC.
Les incendies d'exploitation sont une cause fréquente d'intervention en hiver pour les VUSC. - Hugues Guyot

Si la situation sanitaire n’a pas permis d’avancer outre mesure dans l’élaboration de ces outils, M. Guyot voit déjà plus loin. « À l’avenir, il n’est pas impossible que l’on élargisse la formation à des modules de médecine vétérinaire de catastrophe. Si la formation s’en sortirait renforcée, elle permettrait à des praticiens d’être déployés sur des missions à l’étranger notamment pour la gestion de denrées alimentaires dans des zones sinistrées comme le faisait BFast, un groupe d’intervention humanitaire rapide, pour la Défense. « L’idée serait tout au moins de faire ce que le Bfast fait en national, et dans l’avenir pourquoi ne pas être déployé à l’étranger ? Ce serait mon rêve ! », sourit-il.

Propos recueillis par P-Y L.

L’exemple de nos voisins

Il y a quelques décennies déjà, les Français ont créé un statut de Vétérinaire Sapeur-Pompier (VSP). Il en existe environ 350 en France, dont la toute grande majorité sont indépendants.Volontaire, leur disponibilité est tributaire de leur propre activité professionnelle. Depuis quelques années, ils sont intégrés dans l’effectif des pompiers.

Si le VSP peut être enrôlé dans missions aussi diverses que variées, il a reçu une formation supplémentaire. Celle-ci consiste en un module de sécurité civile, un module de secourisme et un module de formation spécifique à l’activité de vétérinaire sapeur-pompier (capture, téléanesthésie, surveillance sanitaire de la restauration).

Au Grand-Duché du Luxembourg, un groupe spécialisé en sauvetage animalier s’est récemment créé (« GSAN »). Il est le fruit de sept ans de développement. À sa tête, deux vétérinaires qui sont en même temps pompiers, dirigent les manoeuvres opérationnelles animalières.

Ils développent les techniques de sauvetage animalier, recrutent des vétérinaires experts pour les aider dans leurs missions et se forment également (notamment à l’Université de Liège).

Le direct

Le direct