Agriculture bio: nouvelle croissance mondiale, tirée par l’UE

Au niveau mondial, 1,5 % des terres agricoles sont biologiques,  dont plus des deux tiers sont des prairies ou des pâturages.
Au niveau mondial, 1,5 % des terres agricoles sont biologiques, dont plus des deux tiers sont des prairies ou des pâturages. - J.V.

Tiré principalement par la croissance en Europe, le secteur de l’agriculture biologique a poursuivi son développement en 2019, montre le rapport annuel sur l’agriculture bio dans le monde du FiBL (Institut de recherche en agriculture bio) présenté le 17 février dernier. Les surfaces cultivées en bio ont augmenté de 1,1 million d’ha (Mha) pour atteindre 72,3 Mha, soit une hausse de 1,6 %.

Le plus gros de cette augmentation est à mettre au crédit de l’Europe et particulièrement de l’Union européenne où les surfaces ont enregistré une nouvelle hausse de 5,9 % (+0,82 Mha) en un an. Hausse qui est toutefois moins forte qu’en 2018 (+7,7 %). Cette progression devrait se poursuivre dans les prochaines années, l’UE s’étant fixé comme objectif, dans le cadre de sa stratégie « De la ferme à la table », d’arriver à 25 % des terres agricoles en bio d’ici 2030. Pour y parvenir, la Commission européenne adoptera un plan d’action pour 2021-2027 le 31 mars prochain, a confirmé Wolfgang Burtscher, directeur général de l’Agriculture.

Espagne, France et Italie forment le podium européen

Au niveau mondial, 1,5 % des terres agricoles sont biologiques, dont plus des deux tiers sont des prairies ou des pâturages. L’Australie reste le pays présentant la plus grande surface agricole biologique (35,7 Mha, principalement des pâturages), suivie par l’Argentine (3,7 Mha) et l’Espagne (2,4 Mha). Derrière l’Océanie (36 Mha), l’Europe possède la deuxième plus importante surface en bio (16,5 Mha), suivie par l’Amérique latine (8,3 Mha).

Au sein de l’UE, où 8,1 % des surfaces sont cultivées en bio, c’est l’Espagne qui arrive en tête avec 2,4 Mha, suivie de la France (2,2 Mha) et de l’Italie (2 Mha). Comme en 2019, la hausse la plus importante a encore concerné la France (+205.775 ha) suivie de l’Espagne (+108.441 ha). Et en termes de proportion de surfaces bio, c’est au Liechtenstein que ce chiffre est le plus élevé (41 %), suivi de l’Autriche (26,1 %) et de l’Estonie (22,3 %).

Côté marché, les ventes d’aliments et de boissons biologiques ont atteint 106 milliards d’euros (Mrds €), contre 97 Mrds € en 2018. Les plus importants marchés sont les États-Unis (44,7 Mrds €), suivi par l’Allemagne (12 Mrds €) et la France (11,3 Mrds €). Là encore, l’UE est le principal moteur de croissance (+8 %), la France par exemple enregistrant une croissance de 13,5 %.

Le consommateur moyen dans l’UE dépense 84 € par an pour l’alimentation biologique. Mais ce sont les consommateurs danois et suisses qui continuent de dépenser le plus pour les aliments bio en 2019 (respectivement 344 et 338 € par habitant). Au Danemark la part de marché du bio est la plus élevée au monde avec 12,1 %.

Le direct

Le direct