La fertilisation azotée en froment-pois: un apport adéquat pour préserver les avantages de l’association

Il n’est pas utile de surfertiliser l’association pois-froment car cela aurait  un impact négatif sur la fertilisation naturelle apportée par les nodosités  vivant en symbiose avec le système racinaire du pois.
Il n’est pas utile de surfertiliser l’association pois-froment car cela aurait un impact négatif sur la fertilisation naturelle apportée par les nodosités vivant en symbiose avec le système racinaire du pois. - D.J.

Le conseil de fumure proposé par le Livre blanc 2021 s’appuie sur les résultats du projet de recherche intitulé « Produire durablement des graines riches en protéines en optimisant la conduite de la culture associée de pois protéagineux d’hiver et de froment d’hiver », sur les essais réalisés par le CePiCOP en 2019 et 2020 ainsi que sur base des observations de ce début de saison.

Deux fractions pour un total de 100 kgN/ha

La fumure conseillée est une fumure en deux fractions : 40 kg N au stade tallage-redressement du froment et 60 kg N au stade dernière feuille. Une fumure totale de 100 kg N/ha sera donc appliquée.

Il est inutile de surfertiliser cette association car cela aurait alors un impact négatif sur la « fertilisation naturelle » apportée par les nodosités vivant en symbiose avec le système racinaire du pois. En effet, une fertilisation trop importante voire trop précoce limite la mise en place et le développement de ces nodosités. Or, elles constituent un des atouts des légumineuses, permettant à ces dernières de subvenir à leurs besoins en élément azoté pendant la phase végétative par l’assimilation de l’azote contenu dans l’air. Dans le cadre de l’association, elles présentent également un atout en fin de végétation puisqu’elles permettent alors à la céréale de bénéficier d’une « fertilisation complémentaire », grâce aux transferts d’éléments nutritifs issus d’exsudats racinaires.

Il est donc important de réaliser ces applications aux moments idéaux, ni trop précoces, ni trop tardifs et/ou supérieures à la fertilisation conseillée car cela limite alors les performances de l’association.

D’après le Livre Blanc,

février 2021