Une semaine de négociations pour rendre l’agriculture et le secteur laitier plus équitables et résistants aux crises

Une semaine de négociations pour rendre l’agriculture et le secteur laitier plus équitables et résistants aux crises
J.V.

Ces lundi 22 et mardi 23 mars, les ministres de l’agriculture de l’Union européenne se réunissent au sein du Conseil Agriculture afin de continuer à débattre de leur position sur l’avenir de la politique agricole commune (pac). Mercredi, le Conseil et le Parlement européen négocieront en trilogue sur les instruments de gestion de crise et les règles de concurrence dans l’Organisation commune des marchés (OCM). Vendredi aura lieu un « super-trilogue » au cours duquel le Conseil et le Parlement négocieront les trois dossiers de la pac.

L’EMB demande que cette semaine soit mise à profit pour « rendre l’agriculture et le secteur laitier plus équitables et résistants aux crises ». Sa présidente, Sieta van Keimpema, ajoute : « La position du Parlement européen sur la réforme de l’OCM comporte des modifications novatrices qui doivent désormais trouver un ancrage législatif ».

Dans le détail, cela signifie que les producteurs de lait de 16 pays européens attendent du Conseil qu’il examine sérieusement et dans leur totalité, au début de la semaine et en préparation du trilogue, les modifications pertinentes du Parlement et les explications et justifications convaincantes qui les accompagnent. « La réduction de la production en période de crise (position du Parlement art. 219a & 219b), la prévention, le suivi et la gestion des crises (entre autres art. 1, 1a, 218b, 222, 222a), l’Observatoire des marchés (Art. 218a) et la transparence totale sur les interventions (Art. 16) devront faire l’objet d’une attention particulière », estime l’EMB.

Les producteurs laitiers disent soutenir l’équipe de négociation du Parlement dans sa volonté de défendre sa position de manière forte et unie au cours du trilogue et du « super-trilogue ». Ils comptent d’ailleurs sur la Commission pour jouer son rôle de médiateur dans les trilogues, dans l’intérêt des agriculteurs et d’un avenir de durabilité globale de la production alimentaire.

Un secteur équitable et porteur d’avenir

Cette revendication d’une réforme ambitieuse de l’OCM est une préoccupation centrale pour beaucoup d’organisations dans le domaine de l’environnement, de l’aide au développement et de l’agriculture. Lors du dernier trilogue, le 3 mars, de nombreuses organisations avaient ainsi exprimé, dans une lettre commune, leur souhait de mettre à profit la réforme de la pac pour faire de l’agriculture un secteur équitable et porteur d’avenir.

« Le contexte actuel de la pandémie de Covid-19 vient encore souligner le caractère essentiel d’une production alimentaire fiable et nous enseigne que nous devons tout faire pour préserver et développer la sécurité alimentaire. L’incertitude des producteurs quant à leur avenir compromet aussi la sécurité alimentaire dans l’UE », développe encore l’EMB.

Le direct

Le direct