Agribex 2021 perd un jour mais les «cadors» seront au rendez-vous!

Tous les tractoristes ont fait part de leur intentionde participer à cette édition 2021 d’Agribex.
Tous les tractoristes ont fait part de leur intentionde participer à cette édition 2021 d’Agribex. - J.V.

Alors que de nombreuses questions subsistent quant à la tenue de la Foire de Libramont, en juillet prochain, c’est du côté d’Agribex qu’une confirmation est arrivée en ce début avril. Fedagrim – la Fédération belge des fournisseurs de machines, bâtiments et équipements pour l’agriculture et les espaces verts – est confiante en l’avenir et estime qu’il sera possible d’organiser un salon d’intérieur en décembre prochain, moyennant le respect des règles sanitaires en vigueur à ce moment.

« Les temps sont difficiles pour tout le monde. Toutefois, la campagne de vaccination avance et le mois de décembre est encore loin. Nous pouvons donc débuter dès maintenant l’organisation de l’édition 2021, tout en prenant certaines précautions vis-à-vis de nos exposants », détaille Alain Vander cruys, coordinateur du salon.

Un salon raccourci

Le 1er  novembre sera une date charnière pour les organisateurs. Il s’agira en effet de savoir si le salon peut, ou non, avoir lieu. Toute annulation actée avant cette date permettra de rembourser intégralement les exposants. « Au-delà, nous n’annulerons que si nous y sommes contraints par les autorités. Toutefois, les exposants ne seront remboursés qu’à hauteur de 50 % car divers frais auront été engagés. »

Ce qui est d’ores et déjà certain, c’est que le salon sera raccourci d’un jour et débutera désormais le mercredi plutôt que le mardi. « C’est une demande que la majorité des exposants ont portée auprès de Fedagrim. La journée professionnelle sera maintenue le premier jour du salon, soit le mercredi 8 décembre », précise M. Vander cruys.

Certains exposants souhaitaient qu’Agribex prenne fin le samedi, sans qu’aucune majorité ne se dégage sur ce point. « La plupart des exposants ne sont d’ailleurs pas en mesure de démonter leur stand avant le lundi. Dans un tel contexte, il est d’autant plus rentable de maintenir le dimanche au programme. »

En présence de tous les tractoristes

Au 30 mars, Fedagrim enregistrait 67 inscriptions d’exposants, parmi lesquels onze seront présents à Agribex pour la première fois. Pour les 56 exposants « habituels », un recul de la surface occupée d’environ 5 % a été observé. Cette baisse limitée satisfait les organisateurs qui s’attendaient à un repli plus important.

Les principales marques de tracteurs seront présentes sur le plateau du Heysel. Case IH, Claas, Fendt, John Deere, Kubota, Massey Ferguson, New Holland, Same Deutz-Fahr et Valtra ont confirmé leur présence. Et ce, malgré que certains constructeurs, dont John Deere et Same Deutz-Fahr, avaient annoncé qu’ils feraient l’impasse sur les salons en 2021 en raison de la situation sanitaire. « Toutefois, Agribex n’est pas Agritechnica. Du côté du salon allemand, reporté à mars 2022, le visitorat est nettement plus international. Les exposants viennent, eux aussi, du monde entier. Ce n’est pas le cas d’Agribex qui cible le Benelux et le nord de la France. Les risques seront donc nettement moins élevés », éclaire Alain Vander cruys.

Malgré un planning raccourci d’un jour, Fedagrim espère bien faire le plein de visiteurs  et compte prendre les dispositions qui s’imposeront pour respecter  les mesures sanitaires en vigueur en décembre prochain.
Malgré un planning raccourci d’un jour, Fedagrim espère bien faire le plein de visiteurs et compte prendre les dispositions qui s’imposeront pour respecter les mesures sanitaires en vigueur en décembre prochain. - J.V.

Plusieurs exposants majeurs ont également fait part de leur intention de participer à cette édition 2021 d’Agribex. C’est notamment le cas de Joskin, Krone, Lemken, Maschio Gaspardo et Pöttinger.

Les femmes à l’honneur, le 9 décembre

Outre la journée professionnelle du 8 décembre durant laquelle auront lieu l’inauguration officielle du salon et la remise des traditionnels prix (épis, sabots et buis d’or et d’argent), une seconde journée spéciale est à épingler au calendrier. Pour la seconde édition consécutive, Fedagrim organise en effet un Ladie’s day le 9 décembre. L’édition 2019 avait d’ailleurs été un véritable succès.

Une nouvelle fois, le but de cette journée est de mettre à l’honneur toutes les femmes qui gravitent dans et autour de l’agriculture. « Qu’elles travaillent en ferme, en entreprise, en concession… Le travail des femmes ne doit pas être sous-estimé. Plus que jamais, ce message reste d’actualité. Même si ce n’est que pour une journée, nous souhaitons apporter notre pierre à l’édifice et faire passer ce message auprès de nos visiteurs. »

Tout au long de cette journée, il sera à nouveau demandé aux exposants de prévoir quelques attentions vis-à-vis des femmes qui visitent le salon. Un vlog (blog vidéo) regroupant des témoignages d’agricultrices sera mis en ligne. Enfin, des discussions sont en cours avec des radios du nord et du sud du pays afin d’entamer une collaboration sur ce thème.

Trois îlots thématiques, dont deux inédits

Comme de coutume, plusieurs îlots thématiques seront répartis à travers les palais de Brussels Expo. Trois thèmes y seront abordés.

Le premier îlot sera le traditionnel Workshop Live dont le succès n’est plus à démontrer. Plusieurs étudiants se relayeront dans ce véritable atelier pour mener diverses opérations d’entretien et de réparation sur du matériel agricole et horticole de toute taille (ensileuses, tracteurs, tondeuses…). Le but de cet îlot reste le même : promouvoir la formation de mécanicien agricole auprès des jeunes. De nombreux concessionnaires peinent, en effet, à recruter du personnel qualifié.

Pour la première fois, un îlot s’articulera autour de la robotique en grandes cultures et maraîchage, en collaboration avec le Centre wallon de recherches agronomiques et l’Ilvo. « Nous avons choisi ce thème car nous sommes d’avis que la technologie est prête à être commercialisée et fera son entrée dans un nombre croissant de fermes », explique M. Vander cruys. Trois marques ont déjà confirmé leur participation à l’îlot et d’autres y sont invitées. On y parlera des tracteurs autonomes, des robots de cueillette, des robots de binage… Un espace de démonstration devrait être installé.

Enfin, le dernier îlot aura pour thème la gestion en continu des données pour le secteur porcin. Ici aussi, les technologies ont fait un bond de géant et de nouveaux outils sont disponibles sur le marché. Ils permettent, entre autres, de recueillir des données sur le nombre de repas, la quantité d’aliment ingérée, le poids… des porcs d’engraissements. D’autres outils aident les éleveurs à détecter les chaleurs ou la toux. Cinq marques ont pour l’instant confirmer leur présence sur l’îlot où une étable d’une vingtaine de porcs sera construite pour l’occasion.

Brussels Livestockshow : un programme dense

Du côté du Brussels Livestock Show, Ignace Lootvoet, son secrétaire, explique que l’asbl voit sa composition évoluer. De nouveaux membres la rejoignent en vue de rassembler un maximum d’acteurs du monde de l’élevage. « Nous devons unir nos forces pour promouvoir cet important secteur de l’agriculture », insiste-t-il d’emblée.

Les concours, organisés dans le cadre du Brussels Livestock Show,  récompenseront une nouvelle fois l’élite de l’élevage belge.
Les concours, organisés dans le cadre du Brussels Livestock Show, récompenseront une nouvelle fois l’élite de l’élevage belge. - J.V.

Le planning des concours, désormais connus sous le nom #WeLoveLivestock, sera quelque peu revu en raison du raccourcissement du salon. Le national Blanc-Bleu Belge devrait se tenir le jeudi 9 décembre tandis que les races laitières défileront le samedi 11 décembre. Les concours ovins et les épreuves de présélection pour les ovinpiades, qui se tiendront à Paris dans le cadre du prochain Salon international de l’agriculture, sont programmés le vendredi 10 décembre. Enfin, les éleveurs de chevaux de traits belges se mesureront les uns aux autres le dimanche 12 décembre, jour de clôture.

En bordure du ring, l’initiative #WeLoveLocal reprendra ses quartiers. L’initiative vise à promouvoir les circuits courts et, surtout, à plusieurs agriculteurs de commercialiser leur production. Vu le succès rencontré en 2019, le nombre de stands disponible a été augmenté de 25 %. Cette zone bénéficiera également d’une meilleure visibilité.

J. Vandegoor