L’Argentine suspend pour 30 jours les exportations de viande bovine

L’Argentine suspend pour 30 jours les exportations de viande bovine

Selon des chiffres fournis par l’OCDE, les Argentins ont consommé, en 2019, 38 kg de bœuf et veau par personne, ce qui faisait d’eux les plus gros mangeurs au monde, devant les Américains, deuxièmes, avec 12 kg de moins. Mais les Argentins doivent aussi faire face à l’une des inflations les plus élevées de la planète. En avril, elle a progressé de 4,1 % selon l’institut des statistiques Idec. Et le coût de la vie dans le pays a augmenté de 46,3 % au cours des douze derniers mois.

« En conséquence de l’augmentation soutenue du prix de la viande bovine sur le marché intérieur, le gouvernement a décidé de mettre en œuvre un ensemble de mesures visant à réguler le secteur », a indiqué le président de centre-gauche, Alberto Fernandez, dans un communiqué. « Pendant la mise en œuvre de ces mesures, les exportations de viande bovine sont limitées pendant 30 jours », a-t-il ajouté. Des exceptions seront autorisées pour les exportations étrangères déjà en cours.

Cette décision a été prise dans l’attente d’un « ensemble de mesures visant à mettre de l’ordre dans le fonctionnement du secteur, restreindre les pratiques spéculatives et éviter l’évasion fiscale », a encore indiqué la présidence.

L’Argentine est le quatrième exportateur mondial de viande bovine, derrière le Brésil, l’Australie et l’Inde. Le pays a vendu pour 3,37 milliards de dollars de produits bovins à l’extérieur en 2020, principalement à la Chine, à l’Allemagne et à Israël.

Forte hausse des prix des produits alimentaires

Dimanche, M. Fernandez s’était déclaré « préoccupé » par la hausse des prix des produits alimentaires, qui a atteint 65,3 % en avril 2021 par rapport au même mois de 2020, selon l’Institut de promotion de la viande bovine argentine. « Ces hausses de prix me préoccupent beaucoup, elles sont inexplicables. Je suis décidé à m’attaquer à ce sujet », avait déclaré M. Fernandez à la chaîne C5N.

Selon lui, seule « une miette de 8.000 tonnes de viande » bovine sur les 200.000 tonnes consommées chaque mois dans le pays bénéficie de prix réduits en vertu d’un accord passé avec la grande distribution.

Les producteurs de viande argentins ont rejeté ce gel des ventes à l’étranger, alors que les exportations de produits agricoles représentent la principale source de devises pour le pays. « Nous allons nous unir immédiatement pour exprimer un rejet total de cette mesure néfaste », a affirmé Daniel Peregrina, le président de la Société rurale argentine, qui rassemble les grands producteurs. « Les dommages que va provoquer cette mesure vont diminuer l’offre de viande, ce qui finira par faire monter les prix comme cela s’est déjà vu dans le passé », a-t-il ajouté.

« Le blocage des exportations de viande est une erreur. Un pas en arrière pour le développement et la croissance de l’élevage », a tweeté l’organisation Confédérations rurales argentines (CRA).

Frappée par la pandémie de Covid-19, l’économie de l’Argentine s’est contractée de 9,9 % en 2020, et environ 42 % de la population vit dans la pauvreté. Le gouvernement a lancé un important programme d’aides économiques, impliquant une forte émission de monnaie. Officiellement, l’objectif d’inflation pour cette année est de 29 %.

Belga

Le direct

Le direct