Statistiques agricoles: les grandes cultures accusent un certain recul, les porcs et les volailles se portent bien

Le colza, comme de nombreuses autres grandes cultures,  a vu sa surface s’amenuiser en 2020.
Le colza, comme de nombreuses autres grandes cultures, a vu sa surface s’amenuiser en 2020. - J.V.

En 2020, la Belgique comptait 35.996 exploitations agricoles. Ce nombre affiche un léger repli par rapport à 2019 (-0,3 %). La baisse est un peu plus marquée en Flandre qu’en Wallonie. C’est ce qui ressort des résultats définitifs des statistiques agricoles compilées par Statbel, l’office belge de statistique, pour l’année 2020.

La superficie agricole s’élève à 1.367.082 ha, dont 34,8 % sont occupés par des prairies permanentes. Les cultures de céréales occupent 22,3 % des superficies agricoles et les cultures fourragères 21,2 %.

Moins de céréales d’hiver…

Les cultures de céréales ont reculé de 2,8 % (- 8.769 ha). En raison des mauvaises conditions climatiques de l’automne 2019, moins de céréales d’hiver ont été semées. Le froment d’hiver a diminué de 6,6 %, l’orge d’hiver de 9 % et le triticale de 16,1 %. La baisse cumulée de ces trois cultures a atteint 17.372 ha.

A contrario, et toujours en raison de l’automne humide en 2019, davantage de céréales d’été ont été semées en 2020. Le froment de printemps a progressé de près de 76 % et l’orge de printemps de 39,6 %. Leur superficie est toutefois nettement inférieure à la superficie des céréales d’hiver. L’épeautre a aussi gagné en importance en 2020 (+18,7 %).

… de colza, de betteraves et de pommes de terre

La superficie des cultures fourragères a progressé de 1,6 %, tant en Wallonie (+3,6 %) qu’en Flandre (+0,6 %), mais dans une moindre mesure. En Flandre, à partir de 2020, les bordures de parcelles sont à nouveau reprises dans la rubrique des jachères, ce qui entraîne un glissement de la rubrique des cultures fourragères vers celle des jachères. La catégorie « terres en jachère » en Flandre a dès lors augmenté de 211,4 %.

La superficie des cultures industrielles a augmenté de 2,6 %, presque exclusivement en raison de l’augmentation de la superficie du lin d’environ 3.600 ha (+24,2 %). Le lin textile a le vent en poupe grâce à des applications industrielles autres que celles du textile.

Les superficies de betteraves sucrières et de colza ont diminué de près de 2.100 ha. La chicorée pour l’inuline est en hausse depuis 2017 (+3,0 % l’année dernière). Une forte augmentation (+67,2 %) des autres oléagineux est également constatée, suite à l’importante hausse des cultures de graines de tournesol et de fèves de soja.

La superficie totale des pommes de terre a légèrement diminué de 851 ha en 2020 (-0,9 %). La baisse a eu lieu en Flandre (-1.513 ha), tandis que la superficie wallonne a augmenté (+675 ha). En outre, la superficie consacrée aux légumineuses récoltées en grains secs a continué de croître. En Belgique, cette superficie a augmenté de 29,3 %, soit de 1.356 ha.

La superficie des légumes (en plein air et sous serres) a augmenté de 4,7 %. La superficie des fraises a, elle, diminué de 2,1 % à la suite de la diminution des fraises cultivées en plein air (-11,8 % en Flandre et -3,8 % en Wallonie). La superficie sous serres et abris hauts a, par contre, progressé de 12 %. On entend par serres ou abris hauts toutes les constructions érigées en verre ou en matière plastique, souples ou rigides, chauffées ou non, sous lesquelles on peut se tenir debout.

Mais davantage de vignes !

On constate encore une légère diminution des vergers (-0,9 %), avec un nouveau recul de la superficie des pommes (-4,2 %) et une légère augmentation de la superficie des poires (+0,7 %). Cela s’explique par la baisse des vergers en Flandre (-1,5 %) qui a été compensée par une augmentation en Wallonie (+4,9 %).

Les petits fruits ont nettement gagné en importance dans les deux régions : +12,0 % en Flandre et +28,8 % en Wallonie. Cette augmentation est principalement due à l’accroissement de la superficie des vignes.

Le cheptel porcin et les volailles progressent

Le cheptel bovin total a diminué de 37.660 têtes, soit de 1,6 %. On constate une diminution dans toutes les catégories d’âge. Pour les animaux de plus de 2 ans, on observe cependant une augmentation de 12,9 % des génisses destinées à la boucherie. Le nombre de vaches laitières est resté au même niveau qu’en 2019, avec une augmentation de 1,4 % en Flandre et une diminution de 2,4 % en Wallonie. Le nombre de vaches allaitantes a, quant à lui, diminué de 4,4 %.

Après une diminution en 2019, le cheptel porcin a augmenté de 2,2 %. On constate notamment une augmentation des porcs à l’engrais lourds, tandis que le nombre de porcs à l’engrais de 20 à 50 kg a fortement diminué. Les éleveurs de porcs ont gardé leurs porcs plus longtemps en raison de la faiblesse des prix à l’automne 2020.

Les volailles ont augmenté de 8,6 % par rapport à 2019. La hausse concerne toutes les catégories malgré la faiblesse des prix des œufs et des poulets de chair à l’automne dernier.

Enfin, on dénombrait, en novembre 2020, 110.115 moutons et 75.355 chèvres, soit une hausse de respectivement 27,7 % et 48,3 % par rapport à 2016.

Le direct

Le direct