Accueil Potager

Selon les jardiniers chevronnés, «à la Sainte Pétronille, sème tes haricots»

Il va bientôt être le moment de semer les premières lignes de haricots. « Haricots semés à la Saint-Didier (le 23 mai), des haricots pleins le panier » dit le dicton français. « Sème tes haricots à la Sainte-Pétronille (le 31 mai) » entend-on de la bouche des jardiniers chevronnés en Belgique. Idéalement, le sol devrait être au moins à 15ºC et même mieux, à 18ºC pour que la levée soit rapide et homogène.

Temps de lecture : 6 min

Le respect d’une rotation d’au moins 6 années est important. Une rotation d’au moins 4 années est requise avec d’autres cultures de Légumineuse (fève, pois…). La raison est sanitaire pour limiter les risques de transmission de la sclérotiniose et d’autres maladies.

Un sol bien décompacté

Le sol doit être décompacté pour permettre une évacuation rapide de l’eau en cas de période pluvieuse importante peu après le semis. La période entre le semis et la levée est délicate et si le sol est gorgé d’eau, les graines risquent fort de pourrir.

En général, nous n’apportons pas de fumure avant une culture de haricots. Nous nous contentons des arrières-fumures des cultures antérieures. Exceptionnellement en situation de sols particulièrement pauvres, un apport de potassium et de magnésium peut se justifier à raison de 30 grammes par m² de patent kali ou d’un engrais équivalent ou d’un apport de 500 g de compost mixte de jardin par m².

Avoir une bonne aération des plantes

Des variétés de haricots peuvent avoir un développement plus important que d’autres. Ce n’est pas absolu, mais celles avec des gros grains se développent plutôt largement et celles avec des petits grains ont un développement plus modeste.

Retenons de manière générale les indications de notre calendrier SB du 18 janvier dernier. L’objectif est d’avoir une bonne aération des plantes jusqu’au moment du grossissement des gousses et de la récolte. Nous pouvons nous y prendre en écartant les rangées de 40 ou de 50 cm et en semant les graines dans la ligne pour atteindre une densité de 25 à 30 graines par m² pour les variétés naines et 13 à 15 graines par m² pour les variétés a rames.

Semer en poquets ?

Une technique ancienne consistant à semer en poquet permet d’obtenir une bonne aération des plantes également. Un poquet est un petit groupe de 3 à 5 graines placées à une distance de 40 à 50 cm du poquet suivant dans la ligne. La densité globale en nombre de graines par m² reste semblable, seule la disposition des graines est modifiée. Notons que ce semis en poquet peut aussi être réalisé dans des godets, sous serre ou sous couche ; le contenu du pot sera placé en pleine terre dès que les racines apparaissent sous le pot.

Un exemple :

Je souhaite semer ma variété de haricots à la densité de 30 graines par m². Je peux écarter les lignes de 0,5 m et semer une graine tous les 6 à 7 cm. Je sèmerai 15 graines par mètre courant de ligne et aurai 2 lignes par largeur de 1m, soit 30 graines par m². Je peux aussi semer dans chacune de mes lignes 5 poquets de 3 graines écartés l’un de l’autre de 0,2 mètre.

La tendreté des gousses est un critère important aussi bien pour la consommation en frais pour pour la conservation.  La récolte des jeunes gousses deux ou trois fois par semaine permet une récolte à maturité idéale.  Les variétés modernes permettent un bon groupage de la maturité des gousses pour une récolte unique.
La tendreté des gousses est un critère important aussi bien pour la consommation en frais pour pour la conservation. La récolte des jeunes gousses deux ou trois fois par semaine permet une récolte à maturité idéale. Les variétés modernes permettent un bon groupage de la maturité des gousses pour une récolte unique.

Binage et buttage

La levée devrait être rapide, du moins si la température du sol est suffisante. Encore faut-il qu’il y ait un peu d’humidité dans le sol pour permettre la germination. C’est généralement le cas, mais 2017 et 2018 nous ont rappelé qu’un arrosage dans la ligne était parfois nécessaire, juste avant de recouvrir les graines de terre.

Comme les espaces entre les lignes sont importants, il sera nécessaire de biner une ou deux fois avant que les haricots n’aient une hauteur d’une douzaine de centimètres. Il sera alors souhaitable de butter les haricots. Par cette opération, nous poursuivons deux buts. Le buttage permet d’avoir un creux dans les interlignes, cela permettra un certain drainage local en cas de fortes précipitations. Le haricot est très sensible à la pourriture de la graine et du pied en cas engorgement du sol en eau. Le deuxième but est de mieux maintenir droites les tiges des plantes en cas de vent. En évitant que les tiges ne se couchent au sol, nous limitons les risques de pourritures des gousses.

Et les variétés « à rames » ?

Évidemment, les variétés dites « à rames » seront semées au pied de rames ou perches sur lesquelles les longues tiges s'enrouleront. Ces rames sont reliées entre elles pour constituer une armature résistante au vent. Leur hauteur sera d’au moins deux mètres. Des fines tiges de bambous conviennent parfaitement pour cet usage.

La récolte des gousses tendres…

Nous pouvons compter sur une récolte de gousses tendres d’une douzaine de kg pour 10 m² de variété naine et une vingtaine pour les variétés à rames. Nous pouvons récolter les gousses au fur et à mesure de leur grossissement, en deux ou trois passages. Les semis étalés de mai sous abris et puis de fin-mai à début juillet en plein air permettront une récolte étalée de juillet à début octobre.

SB 4024 rames paille

… et des grains secs

Les semis de début à mi-juin conviennent bien pour la production de grains secs. Nous laissons les plantes en place jusqu’au dessèchement complet du feuillage. Ensuite, nous arrachons les plantes et les suspendons dans un endroit bien aéré pour parfaire le dessèchement Cet endroit peut subir le gel hivernal.

Les différents types de haricots.

Les haricots verts ou beurre nains

Les haricots verts ou beurre sont cultivés pour la production des gousses cueillies jeunes.

Les anciens types filets nains sont intéressants pour une récolte étalée en passant une ou deux fois par semaine pour cueillir les gousses déjà développées mais encore fines. Si les gousses dépassent la grosseur extra fine, elles produisent un fil qu’il faudra enlever à la préparation pour la cuisine. Les gousses tendent à produire un parchemin en vieillissant. « Roi des Belges » est une des variétés traditionnelles de grande qualité de ce groupe. Ces variétés anciennes devaient être cuites avec une grande attention pour attendrir suffisamment l’épiderme sans ramollir la chair.

Les catalogues nous proposent des améliorations plus récentes. Les haricots mangetout ne produisent ni fil ni parchemin. Nous pouvons cueillir les gousses jeunes ou au début du développement des grains. Les variétés actuelles sont très différentes avec un large choix de longueur et de finesse de gousses. La récolte est plutôt groupée et peut même se faire à une date unique. La tenue à la cuisson et à la congélation s’est considérablement améliorée.

Les haricots grains nains

La gamme des variétés disponible est très large.

– les types Coco

Ils peuvent être récoltés avant maturité, pour être consommés en grains tendres ou à maturité en grains secs. Nous trouvons des variétés de différentes couleurs.

– les types Flageolet

De nombreuses variétés de flageolets, aux grains fins et en forme de reins récoltés en demi-sec pour être consommés frais ou après congélation. Des variétés nouvelles sont proposées en graineteries, issues des améliorations des flageolets pour la conserverie.

Les haricots grains à rames

La plupart des variétés naines ont leurs correspondantes pour la culture sur rames ou perches. Certaines variétés sont de très gros grains (Orteils de Prêcheurs, Soissons).

F.

A lire aussi en Potager

Amendement du potager : il est temps de penser à l’acidité du sol et à sa correction si nécessaire...

Potager Les conditions météo actuelles permettent de prendre de l’avance sur les travaux préparatoires pour notre potager. La plupart des potagers sont travaillés comme il se doit. Avec ou sans bêchage, selon la technique choisie par le jardinier en accord avec sa terre (Voir notre édition du 20 octobre). C’est l’occasion de penser à l’acidité du sol et sa correction, si nécessaire.
Voir plus d'articles