Alpego repense son organisation… et dévoile plusieurs nouveautés

La société C.A.J.-Distri, représentée par Antoine et Esther Poch,  soutient les concessionnaires depuis début juillet.
La société C.A.J.-Distri, représentée par Antoine et Esther Poch, soutient les concessionnaires depuis début juillet. - J.V.

Basée au nord-est de l’Italie, au cœur d’une région où de nombreuses usines se côtoient, la société Alpego a été fondée dans les années 1980 par la famille Pegoraro. Cette dernière lui a d’ailleurs donné son nom, ou du moins une partie (Pego). Pour l’anecdote, le préfixe « Al » a, lui, été choisi afin de précéder un autre célèbre constructeur de matériel agricole dans les annuaires et autres catalogues de foires et salons.

Aujourd’hui aux mains de la troisième génération Pegoraro, la société a gagné en envergure en près de 40 ans, occupant une place de plus en plus importante sur les marchés internationaux. Celui qui n’était jadis qu’un constructeur présent en Italie voit aujourd’hui son matériel être distribué dans plus de 40 pays à travers le monde. Cette croissance est soutenue par un réseau d’importateurs et par deux filiales que sont Alpego France et Alpego UK, respectivement créées en 2001 et 2019.

Côté finances, le cap de plus de 30 millions d’euros de chiffre d’affaires a été atteint en 2020. Celui-ci est réalisé pour 35 % en Italie et 65 % à l’international.

L’ensemble du matériel est produit au sein de trois usines, situées à proximité les unes des autres. S’y trouvent également les bureaux administratifs, techniques et commerciaux, l’entrepôt de pièces détachées… Plus de 150 personnes sont employées par le constructeur. Un chiffre qui devrait quelque peu augmenter, une fois la construction du quatrième site de production achevée.

C.A.J.-Distri en soutien aux concessionnaires

La gamme du constructeur italien se compose de 52 modèles, parmi lesquels figurent des herses rotatives, des déchaumeurs à dents et à disques, des décompacteurs, des semoirs, des broyeurs…

En Belgique, elle est distribuée par un réseau de concessionnaires soutenus depuis peu par C.A.J.-Distri, en charge également de la distribution des marques Mascar (semoirs, presses à balles rondes et enrubanneuses) et SMA (épareuses et rotofaucheuses, principalement).

Et Antoine Poch, à la tête de C.A.J.-Distri, d’expliquer : « En Wallonie, Alpego est distribué par une dizaine de concessionnaires. Notre objectif, ensemble, est de fidéliser notre clientèle à travers notre gamme mais aussi grâce à un service après-vente irréprochable et une livraison rapide des pièces de rechange ».

Skat S1 et S2, pour travailler en profondeur

Au rang des nouveautés, la gamme s’est actualisée avec le lancement de deux nouveaux décompacteurs non-stop hydrauliques. Baptisés Skat S1 et S2, ils permettent de travailler, respectivement, à 58 et 65 cm de profondeur.

Selon le constructeur, le restylage du châssis – entièrement boulonné – a permis d’en accroître la robustesse et le dynamisme. Tous deux reçoivent le système Alfast de changement rapide des dents. En fonction du choix de la dent, il est ainsi possible de travailler dans différents types de sol, durs (dent « Craker ») ou pierreux (dent « Roccia »). Chaque dent est équipée, outre la sécurité non-stop hydraulique, d’un boulon de sécurité qui intervient en cas de sollicitation extrême, protégeant ainsi la structure de la machine.

La gamme Skat se compose de deux modèles, S1 et S2,  travaillant respectivement à une profondeur de 58 et 65 cm.
La gamme Skat se compose de deux modèles, S1 et S2, travaillant respectivement à une profondeur de 58 et 65 cm. - J.V.

À l’arrière, les Skat S1 et S2 sont équipés d’un double rouleau Franter à doubles pointes à réglage mécanique (S1) ou hydraulique (S1 et S2). Il assure le nivellement du sol et l’enfouissement des débris végétaux. Par ailleurs, un kit parallélogramme modulaire est disponible et permet de changer rapidement le type de rouleau (Franter de différents diamètres, à disques ou à barres).

Le Skat S1 est disponible en trois largeurs de travail (2,50, 3 et 3,50 m) et peut être utilisé avec un tracteur développant de 120 à 250 ch. Le Skat S2 requiert davantage de puissance (de 200 à 400 ch) et est également disponible en trois largeurs de travail (3, 3,50 et 4 m).

Le Mega Craker K-Extreme fait son apparition

Après les K-Dyno, K-Evo et K-Force (lire notre édition du 14 octobre 2021), la gamme se complète également avec l’apparition du décompacteur repliable Mega Craker K-Extreme, disponible en largeur de travail de 4,1 m (9 dents, tracteur de 200 à 400 ch) et 5 m (11 dents, tracteur de 300 à 500 ch). Replié, l’outil affiche une largeur de 2,60 m.

Le Mega Craker K-Extreme peut être utilisé pour un décompactage profond (jusqu’à 65 cm), un travail intermédiaire (même en présence de résidus) et un travail superficiel de déchaumage selon l’équipement qui lui est associé (dents, socs, exploseurs à ailettes).

Le Mega Craker K-Extreme peut être utilisé pour un décompactage profond,  un travail intermédiaire ou un travail superficiel de déchaumage.
Le Mega Craker K-Extreme peut être utilisé pour un décompactage profond, un travail intermédiaire ou un travail superficiel de déchaumage.

Chaque dent est équipée d’une sécurité mécanique à boulon : en présence d’un obstacle, le boulon se rompt, protégeant ainsi la structure de la machine. « Une version dotée d’une sécurité non-stop devrait bientôt venir s’ajouter au catalogue », précise Antoine Poch. Le système Alfast de changement rapide des dents est également présent.

À l’arrière, le réglage du rouleau est hydraulique, de série. Plusieurs rouleaux sont disponibles à l’achat : Franter, à disques ou à barres.

Avec l’intercep Agile, Alpego inaugure sa « Focus Line »

En parallèle, le constructeur a développé sa « Focus line », une gamme entièrement dédiée aux secteurs viticoles et fruitiers, ainsi qu’à l’entretien des espaces verts. À terme, celle-ci devrait intégrer des machines conçues pour le désherbage mécanique de l’inter-rang, des fraises, des herses rotatives, des décompacteurs, des cultivateurs, des sous-soleuses, des semoirs et des broyeurs polyvalents.

Dans cette gamme, la nouveauté à épingler se nomme Agile. Il s’agit d’une machine interceps polyvalente à gestion électronique pour des travaux totalement automatiques.

Celle-ci est dotée de deux éléments appelés « Biorotor » effectuant un traitement de surface en coupant et en mélangeant l’herbe à la terre. Simultanément, les lames interceps assurent le contrôle des adventices dans la ligne, en garantissant des intervalles de repousse plus grands. Pour un fonctionnement optimal, chacune des deux lames est couplée à un palpeur assurant l’alignement automatique et indépendant des éléments latéraux.

Dans la «Focus line», l’Agile est disponible en deux versions, pour une largeur de travail de 2 à 2,70 m ou de 2,40 à 3,20 m.
Dans la «Focus line», l’Agile est disponible en deux versions, pour une largeur de travail de 2 à 2,70 m ou de 2,40 à 3,20 m.

En vue d’accroître la polyvalence de l’outil, la lame intercep peut être équipée d’un aérateur spécifique optionnel, qui peut également être utilisé comme herse. En option toujours, un disque réglable peut être monté à la place de chaque lame intercep pour les opérations de buttage et décavaillonnage.

Cet outil est commercialisé en deux versions, pour un travail de 2 à 2,70 m de large pour la première, et de 2,40 à 3,20 m pour la seconde. Une version plus étroite (1,90 à 2,30 m) devrait voir le jour ultérieurement.

L’Agile requiert une faible demande de puissance (tracteur de 50 à 120 ch) et peut travailler à de faibles régimes, pour une consommation réduite. Sa vitesse de travail maximale est d’environ 8 km/h.

J. Vandegoor

Le direct

Le direct