Une nouvelle clôture, dans une zone tampon élargie

Suite à la découverte d’une carcasse de sanglier positive au virus de la peste porcine africaine (PPA) dans la zone de vigilance, les limitations des zones noyaux, tampon et d’observation renforcée ont été adaptées, en coordination avec l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca).

La zone tampon s’étend au nord sur un périmètre de 2.900 ha compris entre :

– au sud : Rossignol – Orsinfaing – Marbehan ;

– au nord : Les Fossés jusqu’à l’autoroute A4-E25 ;

– à l’est : l’autoroute A4-E25 jusqu’à la liaison Mellier – Thibessart et la route reliant Mellier à Marbehan ;

– à l’ouest : la route qui relie Rossignol à Les Fossés.

La zone d’observation renforcée est élargie à l’est et l’ouest de l’extension de la zone tampon. Aucune interdiction de circulation ou de travail forestier n’est en vigueur dans cette zone d’observation renforcée.

« Les dispositions ont immédiatement été prises pour adapter et agrandir les clôtures en cours de réalisation dans ce périmètre », assure le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin. Ces clôtures (plus de 9,6 km) facilitent les opérations de dépopulation tout en freinant la progression des sangliers. L’ensemble du dispositif décidé précédemment reste en vigueur.

« Cette découverte justifie l’adaptation de certaines mesures mais ne remet nullement en cause les opérations en cours. Elle confirme si besoin en était combien il est essentiel d’assurer une dépopulation maximale des sangliers, de respecter les règles de biosécurité et de maintenir une vigilance maximale au jour le jour », ajoute-t-il.

L’Afsca a pour sa part confimé qu’aucune exploitation agricole ne se verrait impactée par cette redéfinition du zonage.

494 carcasses contaminées

En date du 15 février, 1.473 sangliers ont été prélevés dont 1.244 dans le périmètre infecté. 494 carcasses se sont révélées viropositives.

467 sangliers ont été tirés dans la zone d’observation renforcée. Deux sangliers ont été contrôlés positifs ce qui a conduit à l’élargissement du périmètre des zones tampon et de vigilance le 11 janvier dernier. 126 individus de la zone de vigilance ont été envoyés pour analyses. 96 sangliers ont été piégés et 28 tués lors d’opération de tirs de nuit.

Le direct

Le direct