Après les abeilles, les chauves-souris

La méthodologie actuelle d’évaluation des risques des pesticides pour les oiseaux et les mammifères qui y sont exposés dans l’UE n’est pas suffisamment protectrice envers les chauves-souris, estime l’Autorité européenne de sécurité des aliments. Il est nécessaire d’élaborer un système d’évaluation des risques spécifique pour les chauves-souris, d’autant plus qu’elles aident à réguler les populations d’arthropodes, y compris les espèces nuisibles, recommandent les experts de ladite Efsa.

Ce système devrait mettre l’accent sur : l’exposition orale par les résidus dans les insectes et par la toilette des chauves-souris ; l’exposition cutanée ; et l’exposition des petits par le lait. En 2013, l’Efsa a publié des lignes directrices pour mieux prendre en compte les risques liés à l’utilisation de produits phytosanitaires pour les abeilles, mais les États membres de l’UE ne les ont pas adoptées dans leur intégralité se contentant d’intégrer uniquement l’évaluation des risques aigus.

Le direct

Le direct