La Belgique inquiète des effets négatifs des nouvelles règles française d’étiquetage

La Belgique inquiète des effets négatifs des nouvelles règles française d’étiquetage

La délégation belge auprès de l’UE a fait une demande pour évoquer le sujet lors du prochain conseil des ministres européens de l’Agriculture lundi et mardi prochains à Bruxelles, et publié une note d’information consultée mardi par l’AFP. «Le premier signe du problème est apparu avec l’annonce par le secteur au printemps 2016 qu’il y a eu une chute de 17% pour le lait par rapport à la même période en 2015», observe la délégation belge dans cette note.

Un nouveau règlement européen a permis l’introduction de règles au niveau national, à la discrétion des Etats membres, sur l’étiquetage de l’origine des ingrédients de plats cuisinés, lait et viandes en particulier. En Europe jusqu’à présent seul l’étiquetage de l’origine des produits bruts est autorisé. La France a saisi cette opportunité et lancé une expérimentation de deux ans pour tester le nouveau mode d’étiquetage, en vigueur depuis le 1er janvier 2017. Or, souligne le gouvernement belge, de nombreux contrats à terme ont été abandonnés ou non-renouvelés par le secteur de la distribution en prévision de cette nouvelle loi. «Comme anticipé par la Belgique et d’autres Etats membres, ces mesures nationales se révèlent avoir un impact sur le marché interne», regrette-t-il. «En comparaison, les exportations de produits laitiers de Belgique vers des marchés similaires (Allemagne, Pays-Bas...) sont restées stables sur la même période», souligne encore la délégation. Dans cette note, la Belgique en appelle à la Commission, lui demandant de réaliser un rapport d’impact de cette mesure prise par la France.

(Belga)

Le direct

Le direct