Accueil Economie

Biocarburants : une ONG revient à la charge

Les surfaces agricoles de l’UE consacrées à la production de biocarburants pourraient servir à nourrir 120 millions de personnes ou, si elles étaient rendues à la nature, absorber deux fois plus de CO2 que ce qui est censé être économisé en alimentant les voitures avec des biocarburants, conclut une étude commandée par l’ONG transport et Environnement (T & E) à l’ifeu – Institut de recherche sur l’énergie et l’environnement d’Heidelberg.

Temps de lecture : 1 min

Ce travail évalue à 6,2 millions d’hectares les surfaces en Europe utilisées pour la production de biocarburants auxquelles s’ajoute l’équivalent de 3,4 Mha d’importations. La prise en compte des coproduits réduit cette surface de production en Europe à 3,7 Mha et celle de la consommation totale à 5,27 Mha. Compte tenu de la flambée des prix des matières premières et des engrais, l’ONG appelle les gouvernements européens à donner la priorité à l’alimentation plutôt qu’au carburant.

Autre constat : si ces terres étaient rendues à leur état naturel, elles pourraient absorber environ 66,3 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit près de deux fois les économies nettes officiellement annoncées par le remplacement des combustibles fossiles par des biocarburants. T & E estime aussi que si une surface équivalente à seulement 2,5 % de ces terres était utilisée pour des panneaux solaires, cela produirait la même quantité d’énergie que les biocarburants qui y sont produits.

A lire aussi en Economie

Abeilles : publication du guide d’évaluation des risques

Economie Après une première version publiée en 2013, mais que les États membres avaient refusé de valider, l’Efsa a présenté le 11 mai son nouveau guide d’évaluation des risques liés aux pesticides pour les abeilles. Il devrait, cette fois, pouvoir être adopté.
Voir plus d'articles