Un concours de vaches grasses en marge du 25e National de la Limousine

Si le taux de participation, tant au niveau du nombre d’animaux que celui des éleveurs, est stable par rapport à 2016, le Herd-Book Limousin se dit très satisfait de l’événement, de son ambiance. « On a une race qui se porte bien, qui évolue bien et qui fédère ! ».

Et la tendance est aux animaux qui ont beaucoup de dos, beaucoup de largeur, un gros bassin et de la finesse d’os. Les organismes de sélection poussent d’ailleurs les éleveurs des différents pays dans ce sens.

Sur le ring, le juge a davantage privilégié l’aspect viande. « C’est un signe pour les éleveurs, mais cela ne doit pas pour autant pousser ceux qui optent pour un type plus élevage à virer leur cuti… Chaque race à ses spécificités ! En Limousin, on peut avoir des animaux presque culards ou « très élevage »… et la vérité est peut-être entre les deux ! »

Six vaches grasses

La foire de Libramont étant ouverte au consommateur, celui-ci doit pouvoir voir le travail des sélectionneurs et que celui-ci aboutit à ce qu’il veut voir dans son assiette : une viande persillée, qui a une certaine couleur. C’est donc important que le consommateur puisse voir les animaux vivants et recevoir les informations utiles quant à son achalandage, que ce soit chez le boucher ou en grande surface.

C’est pour cette raison que le Herd-Book a invité différents intervenants de la filière pour un concours de vaches grasses. Six animaux ont donc été classés et ensuite vendus à ces acteurs. L’occasion pour eux de témoigner quant à leur expérience avec la limousine et de rappeler le besoin pour la filière de faire naître de veaux limousins en Belgique. L’initiative, positive, pourrait être ponctuellement reconduite.

P-Y L.

Photos : Aurélie Warin