Accueil Elevage

La valeur des engrais de ferme, pour en tirer le meilleur parti en 2024

Malgré un recul des prix observés pour la plupart des éléments minéraux, les engrais organiques demeurent de précieux alliés des agriculteurs. Et ce, d’autant que les conflits russo-ukrainien et israélo-palestinien pourraient jouer les trouble-fête.

Temps de lecture : 4 min

En ce début 2024, nous observons enfin une baisse – tant attendue – des prix pour la plupart des éléments minéraux. L’azote et le potassium notamment, s’affichent en recul d’environ 40 %, tandis que le phosphore diminue de 10 % !

Le prix de l’azote est, d’un côté, corrélé au prix de l’énergie et, de l’autre, à celui du froment, toujours en baisse comparé au niveau enregistré voici quatre mois. En ce moment, la hausse de la parité Euro-Dollar constitue un autre facteur avantageux.

Il n’y a pas de changements pour les éléments que sont le sodium et le magnésium. Dans la grande majorité des prairies, il n’est pas nécessaire d’apporter encore du magnésium au-delà des apports par les engrais de ferme. Le prix de référence utilisé pour le calcul de la valeur des engrais de ferme provient du carbonate de magnésium. L’apport de sulfate de magnésium (kiesérite) peut être recommandé pour les cultures ayant des besoins plus importants en souffre (crucifères, betteraves…) et moins fertilisées par des matières organiques.

Des conflits qui pourraient jouer les perturbateurs

Pour la première fois depuis de nombreuses années, nous faisons face à une hausse du prix du calcium, qui passe de 10 à 12 cents/u CaO.

Les nombreux conflits à travers le monde sont une source potentielle de troubles supplémentaires, qui mettraient en péril la situation actuellement encore plutôt confortable pour nous à l’égard des prix des engrais minéraux. Le régime russe qui attaque non seulement l’Ukraine, mais qui mène également une guerre hybride contre l’Europe, persiste à utiliser l’approvisionnement énergétique et la souveraineté alimentaire du monde entier comme arme de guerre pour atteindre ses objectifs en Europe de l’Est.

Une autre situation à haut risque d’un point de vue géopolitique, si l’on s’attarde sur le conflit israélo-palestinien, est un éventuel blocage de l’accès au commerce mondial par la mer rouge, ce qui pourrait faire grimper les prix !

De cruciaux engrais de ferme

L’année 2023, notamment le deuxième semestre, était particulièrement pluvieuse. En production herbagère, cela a permis d’atteindre des rendements bien plus élevés qu’en 2022, alors qu’en terres de culture les conditions de récolte s’avéraient particulièrement difficiles. C’est donc le moment de souligner l’importance des activités d’élevage et des engrais de ferme et leur contribution cruciale à maintenir les terres agricoles fertiles. Il est à noter que les valeurs renseignées dans le présent article ne représentent pas la valeur marchande des engrais de ferme, qui peut dépendre d’autres facteurs propres aux différentes situations dans les exploitations.

Comme tous les ans, deux tableaux présentent la fertilisation des prairies permanentes et des cultures. Dans le cas des prairies permanentes (tableau 1), l’usage du phosphate naturel est recommandé comme engrais de fond agissant pendant plusieurs années. Il a un effet chaulant (équivalent base + 25) et le phosphore est solubilisé en condition acide. Ceci se justifie lorsque les prairies permanentes sont acides avec un pH KCl inférieur à 5,5.

04-ENGRAIS 1-web

04-ENGRAIS-3-web

Le tableau 2 concerne les cultures et les prairies temporaires qui sont généralement installées en rotation sur des sols dont le pH est proche de la neutralité. Les apports de phosphore soluble, sous forme de triple super phosphate (TSP), agissant rapidement, sont recommandés dans ces conditions.

04-ENGRAIS-2-web

Un autre atout important des engrais de ferme consiste en leur apport en carbone. Une partie de ce carbone est source d’humus pour les sols. Celui-ci a une valeur réelle d’autant plus importante que la teneur des sols est pauvre en carbone.

Si la prairie permanente est un puits de carbone, les terres de cultures, labourées et travaillées chaque année avec peu ou pas d’apport de matières organiques, risquent de s’appauvrir. La fertilisation avec des engrais de ferme a donc un double effet bénéfique dans les sols cultivés : l’apport de carbone au-delà de leur apport en nutriments.

José Wahlen, Pierre Luxen

et Jerome Gennen

Agra-Ost

A lire aussi en Elevage

Enquête sur la castration porcine

Porcs Le projet européen intitulé PPILOW est une étude qui porte sur le bien-être des porcs et des volailles en systèmes bas intrants et biologiques.
Voir plus d'articles