Accueil Voix de la terre

Col(è)ruyt

Selon Coméos, la grande distribution ne s’octroierait qu’une marge bénéficiaire insignifiante !

Temps de lecture : 2 min

Le consommateur a pu entendre que ces pauvres distributeurs ne gagnaient que 4 %. Le lendemain, cela s’était réduit à 1.25 % et le surlendemain certains représentants de grandes surfaces osaient affirmer sur les ondes qu’un caddie de 100 € ne leur rapportait que 90 cents !

Les agriculteurs qui fournissent à ces grandes chaînes bondissent quand ils entendent pareils propos car ils peuvent comparer le prix qui leur est payé et celui affiché dans les rayons.

Comment peut-on construire des magasins magnifiques avec parkings couverts, comment reprendre les enseignes concurrentes pour essayer d’être le leader, comment ravir des terres agricoles aux cultivateurs sans un minimum de rentabilité ? Ils ne doivent pas avoir les mêmes piles que les nôtres dans leurs calculettes !

Voici la solution ou plutôt le chantage proposé par différentes grandes surfaces : concernant le prix du porc, le consommateur serait le cochon payeur et pour le prix de la volaille, l’agriculteur serait le dindon de la farce !

Plutôt que retourner le sol, cela nous rapporterait plus de retourner les comptes des grands distributeurs en se promenant sur Companyweb où on peut découvrir de façon légale que les actifs de la grande distribution se chiffrent en milliards d’euros.

Mais les temps changent. Ces incroyables manifestations d’agriculteurs et leur médiatisation ont fait prendre conscience à tous les Belges que les consommateurs et les agriculteurs voyagent dans le même bateau qui brave une dangereuse tempête. Celle-ci est aussi avivée par d’aberrantes et irresponsables décisions politiques.

De l’agribashing créé par la désinformation, nous voici soutenus par la population bien qu’on en ait retardé plus d’un dans les embouteillages. Contrairement à certains idéalistes politiques, les citoyens, peut-être moins bardés de diplômes, sont eux capables de comprendre qu’occuper les fermiers dans leur bureau plutôt que dans leurs champs ne fera qu’augmenter encore le prix du panier de la ménagère. Supprimer 4 % de leurs terres aura le même impact.

Merci pour votre soutien et merci à la police qui a géré avec psychologie des agriculteurs frustrés mais futés et déterminés. Rien n’est parfait, on peut déplorer que brûler un arbre ou déboulonner une statue ne soit pas de bon goût mais à Bruxelles, je n’ai vu aucune vitrine de commerçants brisée ni aucun vol commis, aucun policier ou manifestant blessé. Espérons que le politique agira utilement et que nous ne devions pas encore embêter la population. Nous avons mieux à faire, le travail nous attend.

André Jadin, Meux

A lire aussi en Voix de la terre

Noël au balcon, PAC au tison

Voix de la terre Les syndicats agricoles wallons ont passé les semaines qui ont suivi Noël au balcon, confortablement installés et curieux d’observer les agriculteurs européens se placer en ordre de marche pour crier au monde les graves difficultés qui les accablent. Polonais, Roumains, Allemands, Français… : chaque nation y allait de ses revendications personnelles. Fin janvier, nos confrères d’Outre-Quiévrain ont multiplié les appels du pied aux « Bèljeus » , pour qu’ils rejoignent le vaste mouvement de révolte paysanne. Les jeunes de la FJA, titillés dans leur amour-propre, ont répondu tout d’abord timidement, puis se sont piqués au jeu, retournant à la française les plaques des agglomérations, puis sortant enfin les tracteurs pour descendre dans les rues et monter sur les autoroutes.
Voir plus d'articles